EDGE OF TOMORROW - la critique

Edge Of Tomorrow, écrit par Christopher McQuarrie, Jez Butterworth et John-Henry Butterworth, d'après le roman "All You Need Is Kill" de Hiroshi Sakurazaka. Réalisé par Doug Liman. Avec Tom Cruise, Emily Blunt, Bill Paxton. USA - 113mn. Sortie le 04 juin 2014.

Dans un futur proche, des hordes d'extratterrestres ont livré une bataille acharnée contre la Terre et semblent désormais invincibles: aucune armée au monde n'a réussi à les vaincre. Le commandant William Cage, qui n'a jamais combattu de sa vie, est envoyé, sans la moindre explication, dans ce qui ressemble à une mission-suicide. Il meurt en l'espace de quelques minutes et se retrouve projeté dans une boucle temporelle, condamné à revivre le même combat et à mourir de nouveau indéfiniment…

EDGE OF TOMORROW - la critique

Décidément, la science-fiction est un genre qui sied à merveille à Tom Cruise. Après les deux chefs-d'oeuvre de Steven Spielberg, Minority Report et La Guerre des Mondes respectivement en 2002 et 2005, et le très bon Oblivion de Joseph Kosinski en 2013, la super star du box office (encore que...) est de retour pour un blockbuster qui mêle invasion extraterrestre, boucle temporelle et batailles épiques. Et si le nom du réalisateur, à savoir Doug Liman (Mr and Mrs Smith, Jumper...) avait de quoi calmer toutes les ardeurs, autant le dire d'emblée : Edge Of Tomorrow est une excellente surprise, une sorte de "petit illustré du parfait divertissement estival". 

EDGE OF TOMORROW - la critique

Mix improbable entre Un Jour sans fin, Starship Troopers, Il Faut Sauver le Soldat Ryan ou encore Source Code, Edge Of Tomorrow (bien qu'il soit l'adaptation d'un roman de Hiroshi Sakurazaka) s'avance quasiment sans protection vers ceux qui pensent qu'Hollywood est et restera une industrie tout juste bonne à recycler ad vitam eternam les concepts qui marchent : pour faire simple, en donnant l'impression de bouffer à tous les râteliers sans vergogne, Edge Of Tomorrow tend le bâton pour se faire battre. 

Et bien, rangez vos bâtons les amis et foncez! Ben oui... ne me dîtes pas que vous n'aimez pas les divertissements fun et décomplexés, qui développent leur postulat de départ avec un sens de la narration parfaitement maîtrisé et qui proposent de pures séquences de cinoche du samedi soir?.. Ouf, vous me rassurez!

Parce qu'Edge Of Tomorrow, c'est exactement ça : deux heures de grand huit qui filent la pêche... et qui donnent envie de se refaire la deuxième séance à peine ressorti de la salle!

Avouez : ça fait combien de temps que ça vous était pas arrivé?

 

EDGE OF TOMORROW - la critique

Avec un postulat de départ tel que celui-là, Edge Of Tomorrow se devait d'avoir une base plus que solide, et ce afin d'éviter toute lassitude face au spectacle proposé : cette base, c'est l'écriture. Et là, les aigris vont me répondre : "Ouais, mais l'histoire est un peu bidon... On a déjà vu ça plein de fois..." 

Je répondrai simplement de ne pas confondre histoire et scénario. Parce que si Edge Of Tomorrow part d'une histoire pas spécialement originale (une boucle temporelle), on ne peut rien lui reprocher au niveau de son scénario, à savoir l'agencement de cette histoire, tant les gars derrière le clavier maîtrisent leur sujet : y'a pas de gras, ça fonce droit à l'essentiel, c'est jamais répétitif (alors que c'est quand même le concept...) et c'est toujours ludique. Bref, la mécanique du script est imparable.

Et sacrément enthousiasmante. Mais ça je l'ai déjà dit : c'est pas grave, on est dans une boucle temporelle, je me répète.

Aidé par une mise en scène généreuse et diablement énergique (on retrouve le Doug Liman de La Mémoire dans la Peau et pas celui du sinistre Jumper...) et un montage aux petits oignons qui nous amène à revoir des dizaines de fois les mêmes scènes sans jamais nous prendre la tête, Edge Of Tomorrow est un blockbuster SF franchement malin qui se paye le luxe d'être sûrement l'une des meilleures adaptations de jeu vidéo... sans en être une! Variation sur grand écran du "die and retry" (mourir et recommencer) cher à bon nombre de jeux vidéo, la petite bombe de Doug Liman, dans sa manière de jouer de ces codes (refaire cinquante fois le même niveau pour battre un boss, foncer tête baissée parce qu'il ne nous reste qu'une seule vie...) se révèle tout simplement jouissif de bout en bout!

 

EDGE OF TOMORROW - la critique

Et Tom Cruise là-dedans? Il est comment?

Comme d'hab', il assure de la première à la dernière image : du lâche pathétique au héros badass qui maîtrise, le héros de la saga Mission : Impossible sur grand écran est magnétique comme jamais et s'impose une fois de plus comme l'une des stars incontestables du cinéma d'action.

Il est d'ailleurs un peu rageant de voir que le film ne rencontre pas le succès escompté en salles (au moment d'écrire cette critique, le démarrage est plus que moyen...) tant l'acteur y fait preuve d'un charisme redoutable et sait faire ressortir toute une palette d'émotions d'un personnage que l'on aurait tort de réduire à l'état d'une coquille vide coincée dans un ping-pong temporel. Parce qu'Edge Of Tomorrow, en seulement 113 petites minutes (comparé à certains blockbusters qui ont besoin de trois films de trois heures pour raconter leur histoire, ça fait très peu!), et même s'il n'a pas pour vocation d'être une réflexion profonde sur la-vie-l'amour-les-vaches (©Billy Crystal), alterne brillamment les moments de tension, l'humour et les passages franchement émouvants lorsque le personnage de Rita Vrataski (la divine Emily Blunt) est dans la place.

Des passages émouvants, vraiment? Dans un film avec des bestioles qui cherchent à nous bouffer? Qui propose une séquence de débarquement à vous décrocher la mâchoire? Et où la grosse baston finale vient détruire notre Louvre national?.. Et bien oui, Edge Of Tomorrow sait nous cueillir avec un ton plus désabusé, plus mélancolique au détour d'un regard, d'une phrase ou au sein d'une subtile variation d'un des nombreux reboots subis par Tom Cruise ou Emily Blunt.

Qui est une divine guerrière... Je me répète, boucle temporelle... 

Encore une fois, grâce à l'écriture parfaitement gérée de Jez et John Butterworth (Fair Game, déjà signé Doug Liman) et de Christopher McQuarrie (Usual Suspects, Jack Reacher, Walkyrie et le prochain Mission : Impossible), le film nous surprend sans cesse en jouant sur nos attentes et nos émotions et en se permettant également de subtils changements de points de vue pour le moins déstabilisants, le tout emballé dans un divertissement estival du plus bel accabit! 

Bon sang, je veux le revoir...

EDGE OF TOMORROW - la critique

Crédits photos : Warner Bros. Pictures.

Retour à l'accueil