EXODUS : GODS AND KINGS

Les glaives, les jupettes, les grosses épées, les cottes de maille ou encore les cavalcades échevelées... on peut dire que ça réussit à Ridley Scott. Comment oublier l'excellent Gladiator sorti en 2001 et qui avait remis au goût du jour les péplums sur le grand écran? Comment oublier le génial Kingdom Of Heaven (à voir impérativement dans sa version Director's Cut), grande fresque épique à la beauté plastique et thématique incroyable? Comment oublier sa réappropriation du mythe de Robin de Locksley avec Robin des Bois incarné par Russell Crowe?.. Euh si, celui-là on peut quand même l'oublier, c'était franchement pas génial malgré quelques séquences sympathiques. Bref, depuis son premier film Les Duettistes, Ridley Scott aime les films historiques. Et ça tombe bien, parce que moi aussi.

EXODUS : GODS AND KINGS

Bercé depuis tout petit par les grandes fresques à la Ben-Hur de William Wyler ou à la Cléopâtre de Joseph L. Mankiewicz, sans cesse émerveillé par Les Dix Commandements de Cecil B. DeMille ou encore le Spartacus de Stanley Kubrick, je ne peux qu'attendre avec impatience Exodus : Gods and Kings. Et ce, même si les affiches sont moches.

L'histoire?

On y suivra la lutte qui oppose Moïse (incarné par Christian Bale - The Dark Knight Rises) et Ramsès II (Joel Edgerton - Zero Dark Thirty), l'exode hors d'Egypte des hébreux et les plaies qui s'abattent sur le pays...

EXODUS : GODS AND KINGS

La sortie est prévue pour le 24 décembre prochain. Après les échecs (critique et/ou public) des pourtants très bons Prometheus et Cartel, espérons que le succès soit de nouveau au rendez-vous pour Ridley Scott. Parce qu'il le vaut bien et parce qu'au scénario, on retrouve Steven Zaillian, soit le type derrière les scripts de La Liste de Schindler de Steven Spielberg, Moneyball de Bennett Miller, Millenium - Les hommes qui n'aimaient pas les femmes de David Fincher ou encore Gangs Of New York de Martin Scorsese. Quand même quoi!

Crédits photos : Twentieth Century Fox.

Retour à l'accueil