THE RAID 2 - la critique

The Raid 2, écrit, monté et réalisé par Gareth Evans. Avec Iko Uwais, Arifin Putra, Oka Antara. Indonésie - 150mn. Sortie le 23 juillet 2014.

Après un combat sans merci pour s’extirper d’un immeuble rempli de criminels et de fous furieux, laissant derrière lui des monceaux de cadavres de policiers et de dangereux truands, Rama, jeune flic de Jakarta, pensait retrouver une vie normale, avec sa femme et son tout jeune fils…. Mais il se trompait. On lui impose en effet une nouvelle mission : Rama devra infiltrer le syndicat du crime, où coexistent dans une sorte de statu quo mafia indonésienne et yakusas. Sous l’identité de « Yuda », un tueur sans pitié, il se laisse jeter en prison afin d’y gagner la confiance d'Uco, le fils d'un magnat du crime indonésien - son ticket d’entrée pour intégrer l’organisation. Sur fond de guerre des gangs, il risquera sa vie dans un dangereux jeu de rôle destiné à porter un coup fatal à l’empire du crime.

THE RAID 2 - la critique

Alors The Raid 2?.. Surpuissant ou survendu? Classique instantané du cinéma d'action qui transcende son statut de suite ou tentative prétentieuse, pompeuse et ratée?

Et puis pourquoi toutes ces questions d'abord?

Parce que depuis 2012, le nom de Gareth Evans est sur toutes les lèvres et que l'annonce d'un second opus à ce monument d'action qu'était The Raid a suscité autant d'excitation que de crainte, de la part de ses admirateurs comme de ses détracteurs d'ailleurs. En effet, sans tomber dans la liste bête et méchante (bon juste comme ça on va dire Taken 2... parce que ce film est une vraie purge et qu'il est bon de le rappeler à intervalle régulier), on a tous en mémoire des suites qui se sont révélées catastrophiques et qui n'ont fait que décliner sans une once d'originalité le même concept que celui du premier opus : le piège pour Evans était donc de faire repartir son héros à l'assaut d'un autre immeuble, tant qu'à faire avec plus d'étages, donc plus de méchants, donc plus de nuques brisées, donc plus de... Bref, la suite "bigger and louder" typique.

Oui, mais Gareth Evans n'est pas du genre à faire dans la facilité et a de l'ambition. The Raid était un pur ride d'adrénaline de 90 minutes non-stop, en huis-clos et en quasi temps réel? Soit. The Raid 2 sera donc une fresque mafieuse de 2h30. Tout simplement.

THE RAID 2 - la critique

Et l'ambition de Gareth Evans, c'est ce qui semble être resté en travers de la gorge de pas mal de monde. Parce qu'au-delà des critiques élogieuses qui ont suivi sa projection au dernier Festival de Sundance et qui l'ont vu être gratifié de "Meilleur film d'action de tous les temps", de "Dark Knight des films d'action" ou encore de "d'expérience ultime de la mort qui renvoie tous les autres films aux oubliettes" (celle-là est de moi mais l'esprit y est...), The Raid 2 a aussi ses pourfendeurs qui voient dans cet action flick de 150 minutes un film vainement complexe, ampoulé au possible et foncièrement prétentieux.

L'avis de votre humble serviteur?

Rien de tout ça : The Raid 2 est une claque. Une grosse claque.

Si le film de Gareth Evans souffre de quelques longueurs et de certaines facilités d'écriture, l'énergie de la mise en scène, la virtuosité et la brutalité des combats et plus simplement le plaisir communicatif que prend le jeune gallois à nous en mettre plein les mirettes pendant 2h30 remportent l'adhésion. 

Haut la main.

 

THE RAID 2 - la critique

Alors oui ok, The Raid 2 fait beaucoup penser à la trilogie Infernal Affairs d'Andrew Lau et Alan Mak ou encore aux deux premiers volets du Syndicat du Crime de John Woo et semble un peu écrasé par le poids ce ces illustres aînés...

Oui, The Raid 2 joue sur des schémas narratifs vus et revus et semble parfois "coincé" dans cette intrigue qui lui offre pourtant paradoxalement plus de liberté et d'ouverture que le premier The Raid (personnages secondaires, décors multiples, histoire étalée sur plusieurs années...)... 

Bref, quelques menus défauts qui auraient presque tendance à faire de Gareth Evans un élève appliqué mais qui ne semble pas encore vraiment avoir digéré ces nombreuses influences. Je dis presque parce qu'à côté de ce fond un poil perfectible... quel pied! Quelle maîtrise! Quelle envie de t'en foutre plein les yeux de la première à la dernière image! 

THE RAID 2 - la critique
THE RAID 2 - la critique

D'un combat homérique dans la cour d'une prison recouverte de boue à un mano-a-mano final dantesque et bien bourrin, en passant par une poursuite automobile de dingue (où, en gros, les techniciens se passent la caméra d'une voiture à l'autre !!) et à un démastiquage en règle à grands coups de marteaux (!!), The Raid 2 est une proposition de cinéma d'action qui ne peut décemment pas se refuser : les fights sont tout bonnement hallucinants, le montage (que l'on doit également à Evans) aux petits oignons permet d'apprécier les chorégraphies et de ressentir les coups portés avec un plaisir purement jouissif, c'est varié de bout en bout, c'est inventif, c'est rentre-dedans, c'est blindé de plans où tu te dis "Mais... WTF!!!"...

Bon, je vais m'arrêter là avant de puiser dans le dictionnaire des synonymes mais c'est puissant. Puissamment puissant.

Alors, "meilleur film d'action de tous les temps"? Non, sans doute pas. J'aurai peut-être personnellement tendance à préférer un Drunken Master 2 avec Jackie Chan pour l'état d'hallucination totale qui te saisit quand tu découvres certains combats de ce film mythique... Mais The Raid 2 marque clairement une date dans l'Histoire du cinéma d'action. 

Pour sa proposition d'une suite audacieuse, qui ne se repose pas sur ses lauriers et qui ose affirmer une ambition narrative, certes un peu mal dégrossie mais néanmoins sincère, au sein d'un déferlement de coudes brisés, de crânes fracassés et de coups de pieds retournés.

Amoureux du cinoche qui dépote, bonsoir.

 

THE RAID 2 - la critique

Crédits photos : Sony Pictures Classics.

Retour à l'accueil