- Hey, mais j'adore cette musique!

- Hey, mais j'adore cette musique!

Attention, séquence nostalgie... Ou plutôt séquenceS nostalgie!

Ah, les génériques! On a tous en mémoire plusieurs musiques et/ou chansons à jamais gravées dans nos têtes. La preuve? Qui n'a jamais participé à un blind-test spécial télé où on se met à hurler dès que retentissent les premières notes d'Arnold et Willy ou de Starsky et Hutch?

Porte d'entrée dans un univers destiné à nous tenir captivé pendant une heure, un générique se doit d'être accrocheur, pour donner envie au téléspectateur de rester bien sûr mais se doit aussi, et peut-être même surtout, d'être l'une des principales marques de l'identité d'un show. Si rien ne remplace une narration soignée, des personnages charismatiques ou une réalisation au poil... rien ne remplace non plus un bon générique que tu fredonnes à longueur de journée. Et ce, même si la série n'est pas géniale.

Parce que oui, un bon générique n'annonce pas nécessairement une bonne série : je n'ai pas accroché à Game of Thrones alors que je trouve son générique visuellement et musicalement superbe.

Tout comme un mauvais générique n'implique pas nécessairement un show pas génial : la mode des cartons-titres (Monday Mornings, Chicago P.D. ...), frustrante pour tout amateur de générique qui se respecte, n'en a pas moins donné naissance à quelques-uns des shows les plus emblématiques de la télévision moderne (Lost, 24)...

Bref, tout ça pour dire que que les génériques que je vais vous présenter seront placés sous le signe de la subjectivité la plus totale : si L'Agence tous risques a pris un petit coup de vieux, impossible de nier le pouvoir ô combien jouissif de son thème d'ouverture... Si Riptide a elle aussi subi les assauts du temps (et du regard critique de votre serviteur), il n'empêche que son générqiue me replonge en enfance avec un bonheur inégalé!

A noter que ces génériques ne sont pas classés selon un ordre de préférence (à part le 1er), ce sont juste des thèmes et/ou des chansons qui ne me quitteront plus maintenant et qui réveillent en moi certains souvenirs magiques passés devant la petite lucarne.

Et donc le number one est et restera sûrement...

 

MAGNUM, créée par le regretté Glen A. Larson et Donald P. Bellisario. Ne pas s'arrêter à l'image cool (elle l'est, rassurez-vous!) et inoffensive que l'on peut se faire du show mené par Tom Selleck : Magnum est une série d'une richesse et d'une profondeur impressionnantes, une comédie policière hantée par les fantômes de la guerre du Viet-Nâm et qui réserve de très très grands moments d'écriture, notamment l'exceptionnel Record Battu (saison 4), un tour de force scénaristique dont on ne se lasse pas. Je vous en parlais ici.

Et puis le thème de Mike Post déboîte!

On reste dans les années 80... avec WISEGUY, connue dans nos contrées sous le titre Un flic dans la mafia. Créée en 1987 par le prolifique Stephen J. Cannell (21, Jump Street, Rick Hunter...) et son complice Frank Lupo, la série nous fait suivre les différentes missions d'infiltration d'un agent du FBI et reste comme un des joyaux de la télé US de par sa qualité d'écriture et son interprétation (Ken Wahl est parfait dans le rôle-titre). Ce serait bien qu'un éditeur français se décide à sortir une intégrale DVD.

Et, encore une fois, Mike Post signe un thème magnifique!

Années 80 encore (je vous promets, il y a d'autres décennies représentéees...) avec CRIME STORY. Créée par Chuck Adamson et Gustave Reininger, la série est produite par un Michael Mann encore tout auréolé du succès de Miami Vice, également diffusée sur NBC. On y suit la lutte d'un flic de Chicago (Dennis Farina) contre le Crime Organisé dans les années 60... Ecriture ciselée, réalisation au top (Abel Ferrara pour le pilote) et bande-son géniale : il faut voir Crime Story. Au générique, Del Shannon réinterprète son tube Runaway.

On passe à quelque chose d'un peu plus léger avec CHEERS de Glen Charles, Les Charles et James Burrows, l'une des sitcoms les plus populaires aux USA avec pas moins de 11 saisons entre 1982 et 1993... et l'une de mes trois sitcoms préférées au monde avec Frasier et Seinfeld. Pour plus de détails, c'est ici qu'il faut aller. Dès les premières notes du superbe générique de Gary Portnoy, impossible de ne pas avoir une grosse bouffée de nostalgie, c'est superbe.

Années 90 cette fois-ci... et le retour de Mike Post au générique avec MURDER ONE de Steven Bochco (NYPD Blue, L.A. Law), Charles H. Eglee et Channing Gibson ou l'une des séries judiciaires les plus passionnantes qu'il m'ait été donné de voir. Maîtrisé de bout en bout, le show est une plongée fascinante au coeur du système judiciaire américain et met en scène des personnages complexes et attachants aux prises avec le meurtre d'une jeune adolescente. Et le générique est génial!

On revient dans les années 80, parce qu'à cette époque on savait faire des génériques ma p'tite dame! Et on se penche sur... THE A-TEAM bien sûr, à savoir Hannibal Smith et son équipe. Bref, L'Agence tous risques! Si le tout a pris un petit coup de vieux, impossible de bouder son plaisir devant cette oeuvre qui aura marqué au fer rouge tous les trentenaires et qui aura prouvé qu'il reste facile de se mouvoir même avec une tonne de bijoux sur le dos! Un thème signé Mike Post et Pete Carpenter, reconnaissable dès la première note...

Un autre générique qui me replonge direct en enfance, à l'époque glorieuse où moi aussi je voulais être détective privé pour conduire une Chevrolet Corvette et un gros hélicoptère rose... Vous avez deviné? RIPTIDE of course! Stephen J. Cannell et Frank Lupo à la création, Post/Carpenter au générique et des personnages cultes tel Murray Bozinsky et ses inventions loufoques à l'écran... Bon sang, c'était bien les 80s!

1990... un corps est découvert au bord d'une rivière... Laura Palmer. Nous sommes à TWIN PEAKS. David Lynch et Mark Frost nous font plonger dans un show qui ne ressemble à aucun autre : noir, décalé, drôle, complexe, captivant... Enveloppé par la musique démentielle d'Angelo Badalamenti, le téléspectateur est transporté ailleurs, pour ne jamais revenir...

Les Ferrari, les costumes couleur pastel, les mocassins et les gourmettes en or... Pour beaucoup, MIAMI VICE est le représentant ultime du clinquant chic et toc des 80s. Pourtant, le show d'Anthony Yerkovich, chapeauté par le grand Michael Mann, est une des séries policières les plus innovantes apparues sur le petit écran : sa photographie superbe, son utilisation révolutionnaire de la musique, ses interprètes excellents (Don Johnson et Edward James Olmos en tête), ses scénarios plein de noirceur... Rendez-vous service et matez les trois premières saisons (les meilleures)! le thème est de Jan Hammer et il envoie du lourd!

Et on finit cette première partie avec l'homme qui a l'un des noms les plus cools du monde : Colt Seavers... ou L'HOMME QUI TOMBE A PIC! Des cascades en veux-tu-en-voilà, un gros 4x4 qui doit consommer à mort, une Heather Thomas toujours en maillot de bain et un Lee Majors qui pousse la chansonnette. On monte le son!

Crédits photo et génériques : ABC, NBC, CBS, Mike Post, Pete Carpenter, Jan Hammer, Angelo Badalamenti, Lee Majors, Glen A. Larson, Gale Jensen, Dave Somerville, Gary Portnoy. Aucun but commercial avec cet article, seulement l'envie de faire partager.

Retour à l'accueil