BATTLE CREEK - critique pilote

Pourquoi j'ai voulu regarder?

Parce que je suis un grand consommateur de séries policières et que pour avoir sa dose, c'est vers CBS qu'il faut se tourner! Les Experts et ses déclinaisons, NCIS... et ses déclinaisons, Elementary, Esprits Criminels, la défunte The Mentalist ou le remake d'Hawaï Five-O, il va sans dire que le network américain aime le genre... peut-être même un peu trop parfois. La chaîne a en effet tendance à se reposer un peu trop sur les formules qui marchent (le personnage hors-norme qui aide la police avec des méthodes peu orthodoxes, les personnages secondaires qui servent souvent de faire-valoir et des intrigues interchangeables) et à exploiter le filon jusqu'à épuisement. On est dans du procedural classique et, malgré des coutures parfois grossières, le succès est là et le network aurait tort de priver son public de ce qu'il affectionne. 

Si les chaînes de network ne bénéficient pas de la même liberté de ton que le câble (HBO, AMC, FX...), cela n'empêche pas la qualité : ce billet n'est pas là pour ça mais il ne faudrait pas oublier que des oeuvres telles que The West Wing, Urgences, Law and OrderX-Files ou bien encore Twin Peaks ont été diffusées sur des networks... 

Si CBS est l'une des spécialistes des procedurals (Scorpion est l'une des nouveautés les plus regardées de cette année et c'en est un... et pas un des meilleurs malheureusement...), c'est aussi sur son antenne que l'on peut en trouver lquelquesunes des meilleures variations, des séries qui brisent leur format pour offrir quelque chose de plus au téléspectateur : on citera en vrac le génial thriller SF Person Of Interest,  la belle relecture des aventures de Shelock Holmes constituée par Elementary et surtout l'un des meilleurs dramas actuellement à l'antenne, l'imparable The Good Wife... Et, en voyant le casting présent sur Battle Creek, c'est à ce haut du panier que l'on espère que la série va venir se frotter. Jugez plutôt : Bryan Singer (X-Men : Days Of Future Past) en producteur exécutif et à la réalisation du pilote, Josh Duhamel (Las Vegas) et l'excellent Dean Winters (Oz) en tête d'affiche et surtout David Shore (House) et Vince Gilligan (Breaking Bad) à la création, deux brillants scénaristes à même de donner un coup de jus salvateur à un genre parfois trop rigide...

BATTLE CREEK - critique pilote

C'est bien de savoir de quoi ça parle, non?

Dans le commissariat sous-équipé de Battle Creek dans le Michigan, le détective Russ Agnew n'a pas bonne réputation. On dit qu'il est méchant, insensible. Personne ne veut faire équipe avec lui. Personne jusqu'à ce que Milton Chamberlain, un agent du FBI qui vient tout juste de débarquer pour prêter main forte à l'équipe de bras cassés, le choisisse, lui, comme partenaire. Leurs visions très différentes de la vie ne vont pas faciliter leur entente, mais leur complémentarité ne peut qu'être un atout pour nettoyer efficacement les rues de la petite ville...

BATTLE CREEK - critique pilote

Et... c'est bien?

Oui. Le pilote n'est pas exempt de défaut mais il se dégage une vraie et belle sympathie de cette entrée en matière : reprenant le schéma classique des buddy-movies, à savoir l'union de deux personnages que tout oppose (on se souviendra des classiques que sont L'Arme Fatale et Midnight Run sur grand écran ou bien encore Un Tandem de choc et Starsky et Hutch sur la petite lucarne), Battle Creek délivre un divertissement fun, plutôt bien rythmé et qui donne clairement envie de revenir la semaine suivante. Et celle d'après aussi.

Si la promo de la série a tendance à mettre en avant le nom de Vince Gilligan, à savoir l'homme derrière Breaking Bad, l'une des séries les plus acclamées de ces dernières années pour vendre le show à ses téléspectateurs (on ne va pas les blâmer, c'est normal), il faut bien savoir que le script date d'il y a plus de dix ans et qu'il avait été à la base refusé par la chaîne. Si on peut se dire que le succès international du chimiste d'AMC a sans aucun doute aidé à faire ressortir le scénario de la poussière, c'est à David Shore que revient le challenge de vraiment diriger la série. Shore, scénariste de nombreux show tels que NYPD Blue ou encore Un Tandem de choc (tiens donc...), est surtout connu pour avoir créé Dr House, procedural médical à l'écriture carrée mais qui a toujours su faire exploser sa "rigidité" narrative grâce à plusieurs scripts en béton  (voir l'épisode Three Stories de la première saison) et à des personnages secondaires forts et attachants. Et c'est justement de lui que pourrait venir la vraie force de Battle Creek : on attend donc de lui qu'il vienne de nouveau "booster" et emmener vers le haut le genre qu'il investit de la même manière qu'il avait porté les aventures de Gregory House vers le coeur du public.

Donc, même si l'intrigue du pilote de Battle Creek ne révolutionne pas le polar, sa mise en forme est suffisamment solide pour vouloir voir ce qui se cache dans les ruelles de cette petite ville du Michigan : porté par l'énergie de Dean Winters (parfait en flic bougon mais doué) et le charisme de Josh Duhamel (l'agent du FBI à qui tout réussit), un humour franchement fun et des personnages secondaires qui ne demandent qu'à éclore, le show de Gilligan et Shore a toute ma sympathie.

Et puis, je ne peux qu'aimer une série qui fait deux fois référence à Magnum en moins de dix minutes!

 

BATTLE CREEK - critique pilote

Crédits photos : CBS.

Retour à l'accueil