MISSION : IMPOSSIBLE - ROGUE NATION - la critique

Mission : Impossible - Rogue Nation, écrit par Christopher McQuarrie d'après une histoire de Christopher McQuarrie & Drew Pearce. Réalisé par Christopher McQuarrie. Avec Tom Cruise, Jeremy Renner, Simon Pegg, Ving Rhames, Rebecca Ferguson, Alec Baldwin, Sean Harris. USA - 132mn. Sortie le 12 août 2015.

L’équipe IMF (Impossible Mission Force) est dissoute et Ethan Hunt se retrouve désormais isolé, alors que le groupe doit affronter un réseau d’agents spéciaux particulièrement entraînés, le Syndicat. Cette organisation sans scrupules est déterminée à mettre en place un nouvel ordre mondial à travers des attaques terroristes de plus en plus violentes. Ethan regroupe alors son équipe et fait alliance avec Ilsa Faust, agent britannique révoquée, dont les liens avec le Syndicat restent mystérieux. Ils vont s’attaquer à la plus impossible des missions : éliminer le Syndicat.

MISSION : IMPOSSIBLE - ROGUE NATION - la critique

On l'attendait de pied ferme. Après un 4ème volet absolument fantastique (Mission : Impossible - Protocole Fantôme), Tom Cruise se devait de maintenir le niveau d'excellence de sa saga : pas d'inquiétude à avoir, Rogue Nation est un divertissement de haute volée, impeccablement construit et excitant de la première à la dernière bobine. Serait-il possible que nous ayons affaire au meilleur opus de la franchise?

Inaugurée il y a bientôt 20 ans de cela par Brian de Palma, la saga cinématographique Mission : Impossible est devenue au fil de ses différentes itérations une valeur sûre du blockbuster hollywoodien, toujours renouvelée par les metteurs en scène qui se sont succédés derrière la caméra et surtout sur une pente qualitative ascendante depuis son troisième épisode, exploit dont peu de franchises peuvent se targuer. Après John Woo, J. J. Abrams et Brad Bird, c'est donc au tour de Christopher McQuarrie de prendre la relève. Mais qui est McQuarrie?

Scénariste de Walkyrie, Oblivion et Edge of Tomorrow, scénariste et metteur en scène de Jack Reacher... on peut le dire clairement : Christopher McQuarrie est ce qui est arrivé de mieux à Tom Cruise ces dernières années. La relation de confiance qui s'est instaurée entre les deux hommes prend ici une dimension supérieure avec l'"adoubement" officiel du génie de la plume (repéré pour son script d'Usual Suspects de Bryan Singer) par l'interprète d'Ethan Hunt qui lui confie donc les rênes de sa franchise culte Mission : Impossible. Et le choix s'avère plus que judicieux tant McQuarrie fait preuve d'une maîtrise impressionnante. 

MISSION : IMPOSSIBLE - ROGUE NATION - la critique

Mission : Impossible - Rogue Nation répond avec une aisance qui frôle l'insolence à la question que se posent sûrement beaucoup de spectateurs déçus ou énervés par quelques récents blockbusters hollywoodiens insipides et/ou sans âme : c'est si dur que ça de proposer un divertissement de qualité, enlevé et captivant? Ben non. Suffit juste d'un bon script, d'interprètes qui y croient, d'un réalisateur qui sait placer sa caméra et d'une B.O. au poil. Oui, il fût un temps où ces ingrédients n'avaient rien d'extravagant mais face à des daubes comme Terminator Genisys et Les 4 Fantastiques ou des grosses productions sans âme comme Jurassic World ou Avengers : l'ère d'Ultron, des réussites éclatantes comme ce Rogue Nation font un bien fou pour tout amateur de blockbuster estival qui déboîte! 

Pour autant, mettons-nous d'accord tout de suite : ce 5ème opus de Mission : Impossible ne révolutionne rien. En effet, les codes de la saga, on les connaît et Christopher McQuarrie aussi : suspense, retournements de situation, séquences d'action explosives, paranoïa, gadgets high-tech et pérégrinations aux quatre coins du globe... Et ils sont tous là. Mais, comme en cuisine ou en musique, ce qui compte c'est la patte du chef, son toucher : faire qu'à partir d'ingrédients à la portée de tous, une recette va être magnifiée et un morceau, sonner comme une évidence. Et c'est exactement ce que réussit Christopher McQuarrie : il joue avec les codes, les détourne (l'introduction qui a tout d'un climax) pour mieux s'y conforter ensuite et donne à voir un spectacle franchement enthousiasmant qui déjoue nos attentes tout autant qu'il conforte nos espérances... McQuarrie semble être motivé par l'idée de livrer un divertissement solide et racé : en étant respectueux de son matériau, le réalisateur de Jack Reacher remplit le contrat haut la main!

Huilé à la perfection et faisant brillamment état de l'alchimie trop rare entre une écriture intelligente et une mise en scène d'une efficacité euphorisante, la vision de Mission : Impossible - Rogue Nation a pour résultat premier de coller un sourire béat de satisfaction à tout spectateur normalement constitué! 

MISSION : IMPOSSIBLE - ROGUE NATION - la critique

On avait aimé (voire adoré, en ce qui concerne votre humble serviteur) le précédent film de Christopher McQuarrie, Jack Reacher, pour son côté brut et efficace mais surtout pour sa vibration old school, loin des délires numériques et shakycamesques du cinéma d'action moderne (en gros, tous les tâcherons qui secouent leur caméra dans l'espoir de faire comme Paul Greengrass sur La Vengeance dans la peau). Mission : Impossible - Rogue Nation continue dans cette veine et permet de mettre en avant l'attachement (et le respect) de McQuarrie pour une forme de classicisme et ainsi faire du metteur en scène plus qu'un simple "faiseur" anonyme.

Chaque film de la saga Mission : Impossible possède SA séquence culte, son morceau de bravoure dont on parle encore des années après : Brian de Palma nous avait concocté une infiltration au coeur de la CIA absolument grandiose pour le volet inaugural ; dans son inégal MI2, John Woo nous avait scotché au siège avec sa poursuite finale en moto ; J. J. Abrams nous avait donné à voir Tom Cruise sauter d'un building à l'autre dans son très bon MI3 et enfin, avec Ghost Protocol, Brad Bird avait fait escalader à Ethan Hunt la plus haute tour du monde et redéfinissait la notion de suspense sur grand écran... Rogue Nation ne déroge pas à la règle, oh que non! 

MISSION : IMPOSSIBLE - ROGUE NATION - la critique

Alors que le précédent opus faisait exploser son cadre par une séquence en extérieur vertigineuse, McQuarrie joue ici la carte de l'intérieur, au propre comme au figuré, en nous livrant un cache-cache meurtrier situé dans les coulisses de l'Opéra de Vienne. Rythmé par le Turandot de Puccini, ce passage est un pur moment de cinéma, impeccablement chorégraphié et monté : jouant sans cesse avec les éléments du décor, redéfinissant les rapports de force au gré des changements d'axe de sa caméra et des regards des personnages, Christopher McQuarrie rend ici un clin d'oeil jubilatoire à L'homme qui en savait trop d'Alfred Hitchcock par une gestion de l'espace et un sens du suspense ébouriffants de maîtrise. Alors oui, Rogue Nation nous assène plusieurs autres uppercuts avec la séquence qui voit Tom Cruise s'accrocher à un avion qui décolle ou encore cet incroyable morceau de bravoure que constitue la triple scène d'action située en plein milieu de métrage (comme la poursuite de Jack Reacher, d'ailleurs...) qui, en alternant apnée, poursuite en voiture et fuite en moto, a de quoi laisser plus d'un spectateur extatique mais... le coeur de tout amateur de cinoche qui pète la classe aura vibré plus tôt, au son de Puccini. 

A la fois scénariste et réalisateur de cet opus (le seul à cumuler ces deux casquettes pour l'instant), Christopher McQuarrie se permet également de conclure son film par une séquence loin de toute surenchère mais jouant au contraire plus sur l'affrontement psychologique et la tension que sur les cascades et la pyrotechnie. A une époque où on frôle constamment l'indigestion face à des blockbusters qui ne pensent qu'à en mettre plein la vue au détriment de toute velléité artistique (le final de Fast and Furious 7, le climax d'Avengers : l'ère d'Ultron...), le pari est osé et remporté une nouvelle fois haut la main, rappelant de manière jubilatoire l'ambiance parano du premier épisode de de Palma en même temps qu'il ramène la saga vers ses origines télévisuelles et ses jeux de masques et de faux-semblants.

MISSION : IMPOSSIBLE - ROGUE NATION - la critique

On aura beau dire ce qu'on veut sur Tom Cruise et ses frasques dans le privé : en ce qui concerne le grand spectacle et la notion d'implication (ce type est un fou... comme le confirme la poursuite de dingue en moto), chapeau bas. Boosté par l'écriture intelligente et la mise en scène impeccable de Christopher McQuarrie, l'acteur qui semble ne jamais viellir prouve qu'il reste l'une des vedettes les plus passionnantes d'Hollywood. De même, impossible de ne pas parler de Rebecca Ferguson : à la fois femme fatale et espionne badass, la comédienne d'origine suédoise est tout bonnement prodigieuse dans le rôle d'Ilsa Faust, une alter-égo féminine d'Ethan Hunt aussi dangereuse que belle. Comment ne pas succomber à son regard ensorcelant?..

Vous l'aurez compris, Mission : Impossible - Rogue Nation est incontestablement de le blockbuster de l'été. Confiants, les dirigeants de la Paramount avaient lancé le projet d'un sixième épisode avant même la sortie de cet opus : la chose a depuis été confirmée et, votre mission, si vous l'acceptez sera de patienter! Et ça risque d'être dur tant le spectacle proposé est grisant. 

MISSION : IMPOSSIBLE - ROGUE NATION - la critique

Crédits photos et résumé : Paramount Pictures, AlloCiné.

Retour à l'accueil