BLINDSPOT - critique pilote

Pourquoi j'ai voulu regarder?

Un mystère.

Un complot.

Des gros 4x4 avec des agents du FBI dedans. Il n'en fallait pas plus pour que j'annule tous mes rendez-vous!

Comme il y a deux ans lors de la diffusion du pilote de The Blacklist avec James Spader et Megan Boone, j'attends avec Blindspot ma dose de thriller d'espionnage rentre-dedans et parano.

Si on ajoute à l'équation le sympathique Sullivan Stapleton, tout juste sorti des missions explosives de Strike Back et la craquante Jaimie Alexander, échappée de l'univers Marvel (elle joue le rôle de Sif dans les deux premiers films Thor et la série Marvel's Agents of S.H.I.E.L.D.)... 

BLINDSPOT - critique pilote

Ça parle de quoi?

Une jeune femme amnésique est retrouvée totalement nue en plein milieu de Times Square à New York, recouverte de tatouages mystérieux, fraîchement réalisés. Un agent du FBI, chargé de l'enquête, suit les indices dispersés sur son corps, qui révèlent bientôt une conspiration de grande ampleur...

BLINDSPOT - critique pilote

Et... c'est bien?

Blindspot mange à tous les râteliers, on va être très clair dès le départ : une pincée de La Mémoire dans la peau, un peu de XIII (la BD, pas le nanar télé), un soupçon de John Doe, une lichette de 24 Heures Chrono, une... euh j'ai plus de synonyme... pincée de Person of Interest et hop, roule ma poule! Voilà Blindspot.

Passée une introduction très efficace (la découverte de l'héroïne en plein Times Square), le pilote de la nouvelle série de Martin Gero (Stargate Atlantis) et Greg Berlanti (omniprésent sur les écrans avec The Flash, Arrow, Supergirl, Legends of Tomorrow) dévoile un récit assez balisé et attendu... mais, étonnamment franchement efficace!

Les responsables de Blindspot ont en effet suffisamment de bouteille pour emballer le tout avec une énergie et un plaisir plutôt communicatifs : on est pas devant de la grande cuisine mais dans le genre fast food, ça remplit parfaitement son office. L'intrigue se suit sans peine et dévoile un fil rouge intéressant qu'il nous tarde de découvrir plus en détails, les acteurs sont convaincants (Jaimie Alexander s'en sort bien dans un rôle qui aurait pu tourner au ridicule assez vite) et parviennent à donner vie à des personnages certes clichés mais qui évitent l'antipathie (c'est déjà bien!) et la mise en scène de Mark Pellington (l'excellent Arlington Road) achève de rendre le tout recommandable.

Un bémol? Pas vraiment, plutôt une crainte en fait. Celle de voir l'intrigue principale (celle qui nous intéresse vraiment) se diluer au gré des "enquêtes de la semaine", un peu comme cela avait été le cas sur la saison 1 de The Blacklist. Sur la série de Jon Bokenkamp, James Spader faisait le show et permettait une certaine indulgence vis-à-vis d'histoires pas toujours palpitantes : à voir si Blindspot saura gérer sa mythologie avec intelligence et parcimonie ou si, elle aussi, devra essentiellement se reposer sur les épaules de ses acteurs pour tenir le téléspectateur en haleine. Et devant son poste de télévision.

BLINDSPOT - critique pilote

Crédits photos et résumé : NBC, AlloCiné.

Retour à l'accueil