CREED - L'HERITAGE DE ROCKY BALBOA

2006 : Rocky Balboa sort sur les écrans et vient mettre un terme à l'une des franchises les plus populaires du cinéma grâce à un opus intimiste, passionnant et profondément émouvant. Se rapprochant avec une sincérité désarmante du ton du premier film qu'il avait écrit et pour lequel il avait remporté l'Oscar du meilleur scénario, Sylvester Stallone signait en effet avec ce sixième opus un métrage touchant, juste, superbement mis en scène et venait refermer le dernier chapitre de la vie de son personnage culte.

Ainsi, à l'annonce de la mise en chantier d'un film dérivé centré sur le fils d'Apollo Creed, ennemi emblématique devenu ensuite ami de Rocky entre le premier et le quatrième film, il devenait difficile de ne pas lever un sourcil circonspect et de douter de l'intégrité d'un tel projet.

Qui plus est faisant suite à un opus aussi fort. 

Carl Weathers (Apollo Creed) et Sylvester Stallone (Rocky Balboa) dans "Rocky II" (1979)

Carl Weathers (Apollo Creed) et Sylvester Stallone (Rocky Balboa) dans "Rocky II" (1979)

Adonis Johnson n'a jamais connu son père, le célèbre champion du monde poids lourd Apollo Creed, décédé avant sa naissance. Malgré tout, il a de toute évidence la boxe dans le sang et il se rend donc à Philadelphie, là même où Apollo Creed a affronté un adversaire ambitieux, Rocky Balboa, lors d'un match mémorable. Une fois sur place, Adonis parvient à retrouver la trace de Rocky et lui demande de devenir son entraîneur. Tout en lui expliquant qu'il n'est plus dans la course depuis longtemps, Rocky décèle chez Adonis la force et la détermination qui animaient Apollo, ce redoutable rival devenu son meilleur ami. Rocky finit par accepter d'entraîner le jeune boxeur, alors même que l'ancien champion doit affronter un adversaire bien plus terrible que tous ceux qu'il a combattus sur le ring. Grâce à Rocky, Adonis ne tarde pas à tenter de remporter le titre… Mais sera-t-il à même d'acquérir l'énergie et le courage nécessaires pour tout vrai boxeur qui veut monter sur le ring ?

Sylvester Stallone (Rocky Balboa) et Michael B. Jordan (Adonis Creed) dans "Creed"

Sylvester Stallone (Rocky Balboa) et Michael B. Jordan (Adonis Creed) dans "Creed"

Pourtant, lorsqu'on se penche sur la genèse de Creed, on serait tenté de baisser la garde et à se révéler plutôt intrigué : révélé au grand public par son premier long métrage Fruitvale Station (récompensé notamment par le Grand prix du jury et le Prix du public au Festival de Sundance), Ryan Coogler est celui qui a eu l'idée de Creed, et non pas Stallone : il devient donc très intéressant de voir quel regard compte porter le jeune metteur en scène sur cette mythologie très riche et quelle pierre il espère apporter à l'édifice mis en place par l'interprète de Balboa, l'unique scénariste de la saga jusqu'à présent. 

Développé dès 2013 par Ryan Coogler et Aaron Covington, Creed s'adjoint donc les services de Sylvester Stallone himself tandis qu'il permet au jeune réalisateur de Fruitvale Station de retrouver Michael B. Jordan (qu'il avait dirigé dans ce dernier), excellent acteur notamment connu pour ses rôles dans The Wire, Chronicle et Friday Night Lights.

Attendu pour le 13 janvier prochain dans l'Hexagone, Creed - l'héritage de Rocky Balboa est précédé de critiques dithyrambiques depuis sa sortie aux USA il y a de cela quelques jours.

 

Crédits photos et résumé : Warner Bros. Pictures, United Artists, AlloCiné.

Retour à l'accueil