3 raisons de regarder HARRY BOSCH
3 raisons de regarder HARRY BOSCH

UN PERSONNAGE COMPLEXE

Né sous la plume de Michael Connelly en 1992 dans le roman Les Egouts de Los Angeles (The Black Echo en VO), Hieronymus Bosch, ou Harry pour les intimes, est un des personnages de flic les plus fascinants de la littérature policière contemporaine.

Marqué par deux traumatismes majeurs (l'assassinat de sa mère et la guerre du Vietnam - ou la guerre en Afghanistan en ce qui concerne cette adaptation télévisée), Harry Bosch est un flic à l'ancienne, taiseux et borné : mu par un désir inébranlable de justice, Bosch ne lâche rien. Jamais. Ce qui lui vaut de nombreuses frictions avec sa hiérarchie, pas toujours très à l'aise face à ses méthodes qui sortent parfois des limites de la loi. Parce que sa part de ténèbres ne le lâche jamais, Harry paraît toujours sur la brèche, prêt à succomber à la noirceur de Los Angeles, cette cité tentaculaire dans laquelle il travaille et qui lui colle à la peau. Et il a beau la contempler de haut, par une des baies vitrées de sa villa, rien n'y fait : elle bat en lui, hypnotique et libre, tel un de ces morceaux de jazz qu'il affectionne tant.

3 raisons de regarder HARRY BOSCH

UNE ADAPTATION ATTENDUE ET REUSSIE

Les fans de Michael Connelly attendaient l'adaptation des aventures d'Harry Bosch avec autant d'espoir que de crainte. Si les transpositions sur le grand écran de Créance de Sang (avec Clint Eastwood) et de La Défense Lincoln (avec Matthew McConaughey), excellents polars avec deux autres héros créés par le romancier, s'étaient révélées plutôt convaincante, il ne fallait pas faire n'importe quoi avec le pugnace inspecteur de Los Angeles, héros de près d'une vingtaine de bouquins.

En s'entourant d'Eric Overmyer (Treme, The Wire) et d'une poignée de très bons scénaristes (dont notamment George Pelecanos, autre grand nom du polar US), Michael Connelly affiche très clairement ses ambitions : Bosch (ou Harry Bosch pour la diffusion française) ne sera pas un cop show de plus, juste là pour surfer sur le nom de son personnage principal. 

En adaptant et en "mixant" les intrigues de trois de ses romans, à savoir Wonderland Avenue, Echo Park et La Blonde en Béton, l'auteur de Los Angeles River livre à ses lecteurs, et aux téléspectateurs désireux de s'offrir un bon polar, une enquête tortueuse et éprouvante : moins tarabiscotée que la saison 2 de True Detective, proche dans le ton de l'exceptionnelle Southland mais surtout addictive, tout simplement. Eric Overmyer et son équipe de scénaristes connaissent leur affaire et concoctent ici 10 épisodes solides, subtils, efficaces, rondement menés et portés par Titus Welliver.

3 raisons de regarder HARRY BOSCH

UN ACTEUR FORMIDABLE

Que ce soit au cinéma ou à la télévision, pour un épisode ou pour un rôle récurrent, on a tous croisé Titus Welliver quelque part.

De Gone Baby Gone à The Town (tous les deux mis en scène par Ben Affleck) à Transformers : Age of Extinction (Michael Bay) en passant par Brooklyn South (créée entre autres par Steven Bochco et David Milch), The Practice (David E. Kelley), Sons of Anarchy (Kurt Sutter) ou bien entendu Lost (J.J. Abrams, Damon Lindelof), Life (Rand Ravich) et The Good Wife (Robert & Michelle King), le charisme de cet acteur abonné aux seconds rôles n'aura pas manqué de nous frapper. 

Le voir endosser le rôle de Hieronymus Bosch a de quoi doublement nous ravir :

- enfin un premier rôle pour cet excellent comédien, et pas des moindres !

- on se moque très vite qu'il ne soit pas tout à fait fidèle à la description que Michael Connelly faisait du personnage dans ses romans : Titus Welliver EST Bosch, point barre. Magnétique, animal, tourmenté, l'acteur se fond dans la peau de ce flic fatigué mais dévoué avec une facilité déconcertante et achève de faire d'Harry Bosch la petite pépite à recommander !

Titus Welliver et Michael Connelly

Titus Welliver et Michael Connelly

Disponible depuis le mois de mars dernier sur la plateforme Amazon (mais pas encore en France malheureusement), la deuxième saison de Bosch se révèle encore plus réussie et passionnante que celle proposée par France dès ce soir : espérons donc que les audiences soient suffisantes pour que la chaîne ne tarde pas trop avant d'embrayer avec la suite. On demandera par contre aux responsables des programmes de ne pas réitérer cette diffusion un brin bourrative (10 épisodes en trois soirées !)...

Crédits photos : Amazon Studios, ©Genaro Molina / Los Angeles Times.

Retour à l'accueil