STAR TREK SANS LIMITES - la critique

Star Trek Beyond, écrit par Simon Pegg & Doug Jung d'après les personnages créés par Gene Roddenberry. Réalisé par Justin Lin. Avec Chris Pine, Zachary Quinto, Karl Urban, Zoe Saldana, Anton Yelchin, John Cho, Simon Pegg, Idris Elba, Sofia Boutella. USA - 122 mn. Sortie le 17 août 2016.

Une aventure toujours plus épique de l’USS Enterprise et de son audacieux équipage. L’équipe explore les confins inexplorés de l'espace, faisant face chacun, comme la Fédération toute entière, à une nouvelle menace.

Après avoir brillamment relancé la célèbre saga créée par Gene Roddenberry via les excellents Star Trek et Star Trek Into Darkness, J.J. Abrams s'en est allé dans une galaxie très lointaine afin d'y relever un autre défi de taille : réveiller la Force. La question se posait donc de savoir qui allait mettre en scène le troisième opus des aventures de cette nouvelle mouture (ou le treizième film pour être précis), qui plus est au moment où l'on célèbre les 50 ans de cette épopée SF et humaniste qui a à jamais marqué les coeurs et l'imaginaire de millions de (télé)spectateurs.

 

STAR TREK SANS LIMITES - la critique

D'abord confié à Roberto Orci, scénariste de Transformers 1 & 2Mission : Impossible 3, créateur de Fringe et Sleepy Hollow... mais surtout trekkie devant l'éternel (c'est à lui et son partenaire Alex Kurtzman que l'on doit les scripts des deux précédents opus de J.J. Abrams), Star Trek Beyond change pourtant d'orientation dès la fin de l'année 2014 : la nomination d'Orci ne passe pas très bien auprès des fans (de même que son travail sur le pourtant excellent Star Trek Into Darkness...) et celui-ci abandonne le poste de réalisateur pour ne rester que producteur. Après quelques semaines de tractations, c'est finalement Justin Lin qui est engagé. Producteur exécutif de la série Scorpion (où on retrouve aussi Orci), réalisateur de deux épisodes de la mal-aimée saison 2 de True Detective, Lin est bien entendu surtout connu pour son travail sur les épisodes 3 à 6 de la très lucrative franchise Fast and Furious... 

De quoi être un peu inquiet quant à l'avenir de la saga trekienne que l'on imagine aller vers le divertissement bourrin et sans âme.

STAR TREK SANS LIMITES - la critique

Que nenni ! Laissez vos préjugés à l'entrée de la salle et profitez du spectacle qui vous est offert ! Alors que l'été 2016 est sûrement un des pires en terme de blockbusters depuis un bon moment (entre le Tarzan tout poupou de David Yates, le Suicide Squad bien mauvais de David Ayer et l'Independence Day : Resurgence atroce de Roland Emmerich... c'est des coups à aimer Eric Rohmer tout ça !), Star Trek Sans Limites vient heureusement remettre les pendules à l'heure et offrir tout ce qu'on est en droit d'attendre d'un divertissement solidement charpenté et visuellement costaud.

Si l'histoire de ce nouvel opus ne révolutionnera pas l'univers trekkien (ça fait un peu gros épisode télé de fin de saison... et ce n'est pas un reproche !), elle se trouve néanmoins portée par un scénario malin, efficace et mené sans temps mort : Simon Pegg et son co-scénariste Doug Jung (Banshee) enchaînent les péripéties et les rebondissements sur un rythme de dingo tout en oubliant jamais ce qui fait la force d'un film, ses personnages. Ça peut paraître tout con mais oui : des personnages bien écrits, ça change tout. Je vous laisse aller saigner des yeux devant Suicide Squad et on reparle après...

Vraie suite, véritable nouvel opus à une saga riche de milliers d'histoires et de protagonistes, Star Trek Beyond bénéficie du passif télévisuel de ses auteurs (Pegg sur Spaced et Jung sur Banshee ou encore Dark Blue) et offre donc aux spectateurs que nous sommes des personnages qui ont évolué, grandi depuis leur dernière apparition dans Into Darkness. Et ça fonctionne du tonnerre : les relations entre l'équipage ne sont jamais laissées de côté, l'alchimie géniale entre Kirk, Spock et McCoy rappelle avec bonheur celle de la série originale et on se plaît à évoluer au sein d'une "famille" que l'on aimerait faire sienne. Et ça, à une époque où les scénarios semblent écrits par ceux qui font les effets spéciaux, ça fait du bien !!

Je me répète un peu mais ressentir de l'humain au sein d'un blockbuster, ce n'est pas nouveau. Des réalisateurs comme Steven Spielberg (La Guerre des Mondes), James Cameron (Avatar) ou encore Guillermo del Toro (Pacific Rim) savent générer de l'émotion au sein d'un film à grand spectacle, savent comment "impliquer" le spectateur devant leur écran : sans non plus aller jusqu'à dire que Justin Lin se montre au niveau de ces illustres aînés, son Star Trek Sans Limites vit, respire parce qu'il ne se sent pas obligé d'en foutre plein les mirettes à chaque instant. Il sait poser ses enjeux et ses personnages : cette modestie n'en est que plus jouissive.

STAR TREK SANS LIMITES - la critique

On parlait grand spectacle il y quelques lignes ? Sur cet aspect-là, Star Trek Beyond n'est pas non plus en reste, loin de là : entre la visite d'une cité spatiale absolument renversante, une bataille complètement folle (et dévastatrice) permettant de refermer le premier acte avec brio et un combat contre des millers de mini-sentinelles volantes époustouflant de bout en bout auquel vient s'ajouter une course-poursuite ahurissante en terme de chorégraphie et d'envergure, ce nouvel opus de la saga initiée par Gene Roddenberry redonne ses lettres de noblesse au space-opéra et à l'expression "morceau de bravoure".

Effets spéciaux de folie, plans majestueux qui savent les mettre en valeur et mise en scène au diapason : avec ce Star Trek Sans Limites, on sait et on voit où l'argent est parti ! Pour revenir une dernière fois sur Suicide Squad : si quelqu'un pouvait me dire où est allée la thune, parce qu'entre ses deux ruelles et son immeuble servant de climax, le film a surtout une allure d'arnaque... 

STAR TREK SANS LIMITES - la critique

Modeste dans sa volonté de livrer un divertissement avant tout efficace et trépidant, visuellement superbe, soucieux de ses personnages (Chris Pine et Karl Urban font de l'excellent boulot), drôle (la relation Spock / Bones est géniale), inventif et respectueux de ses spectateurs : Star Trek Sans Limites, c'est tout ça.

On pensait la recette du bon gros film de SF estival perdue : ouf, on vient de la retrouver ! 

STAR TREK SANS LIMITES - la critique

Crédits photos et résumé : Paramount Pictures, AlloCiné.

Retour à l'accueil