Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Sébastien Mardelay

LE ROI ARTHUR : LA LÉGENDE D'EXCALIBUR

From the director of Sherlock Holmes... Quelques mots seulement et déjà une manière de voir comment peut tourner la discussion que vous êtes sur le point d'engager. Soit votre interlocuteur s'assoit en s'exclamant un "Fucking yes !", soit il prétexte une coloscopie et dans ce cas vous allez vous retrouver tout seul à défendre le cas Guy Ritchie.

Parce que oui, Guy Ritchie est un cas un peu particulier : découvert avec les petites bombes de fun décomplexées que sont Arnaques, Crimes & Botanique et surtout Snatch, la carrière du survolté britannique emprunte malheureusement une voie nanardesque dès ses deux films suivants, à savoir À la dérive avec Madonna et Revolver, polar au visuel tapageur et à l'intrigue incompréhensible...

La remontée se fera avec le sympathique mais fatiguant Rockn Rolla avec Gerard Butler, Idris Elba et Thandie Newton et surtout avec sa première incursion dans le blockbuster hollywoodien, l'excellent Sherlock Holmes. Remis au goût du jour via une intrigue survitaminée, des effets de mise en scène nerveux et des acteurs qui s'en donnent à coeur joie (Robert Downey Jr. et Jude Law y sont impeccables), le film est un carton critique et public. Une suite débarque sur les écrans deux ans plus tard, en 2011 : Sherlock Holmes : Jeu d'Ombres. Un poil moins réussi, du fait d'une esthétique parfois lourde (les abus de ralentis notamment), ce deuxième opus n'en reste pas moins un des gros cartons de l'année 2012 et démontre avec panache que le style Ritchie se fond très bien dans le blockbuster US.

"Sherlock Holmes" et "Rockn Rolla"

"Sherlock Holmes" et "Rockn Rolla"

Confiants, les pontes de la Warner offrent au metteur en scène d'adapter pour le grand écran une série-culte des années 60, Des Agents très Spéciaux (The Man from UNCLE), avec Henry Cavill (Man of Steel), Armie Hammer (Lone Ranger), Alicia Vikander (Jason Bourne), Elizabeth Debicki (Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2) et Hugh Grant (Quatre mariages et un enterrement) dans les rôles principaux. Pétillant, pop, classe, élégant, remarquablement shooté et doté d'un humour so british irrésistible, le film est pourtant un échec. Vraiment incompréhensible selon votre serviteur !

"Des Agents très spéciaux"... Ou la classe ultime !

"Des Agents très spéciaux"... Ou la classe ultime !

Deux ans plus tard, Guy Ritchie est de retour avec Le Roi Arthur : La Légende d'Excalibur. Et on peut dire qu'on ne l'attendait pas forcément dans le registre de l'aventure médiévale fantastique ! 

Si plusieurs projets centrés autour de la figure d'Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde ont failli voir le jour ces dernières années (un nouvel Excalibur proche d'une épopée à la Star Wars avec déjà Ritchie derrière la caméra, un remake du film de John Boorman que Bryan - X-Men - Singer devait mettre en scène et enfin Arthur et Lancelot), il semble que cette fois-ci, ce soit la bonne. Ou plutôt "les bonnes".

En effet, on apprenait début 2014 que la Warner envisageait ce Roi Arthur : La Légende d'Excalibur, produit par Lionel Wigram (Sherlock Holmes) et Akiva Goldsman (Fringe, le futur The Dark Tower) et écrit par Joby Harold (Edge of Tomorrow) comme le premier volet d'une saga en six épisodes ! Ouais, ils ne font pas les choses à moitié... 

Charlie Hunnam

Charlie Hunnam

Résultat des courses ?

Après une sortie plusieurs fois reportée (décembre 2016, puis février, mars et finalement mai 2017 !), King Arthur débarque enfin sur nos écrans dans trois petites semaines ! Si la première bande annonce m'avait laissé un peu perplexe, je dois dire que les derniers extraits ont tendance à faire grimper le film dans le haut de ma liste "grosse attente" : des éléphants géants, du fantastique, une ambiance dark fantasy cauchemardesque, un Charlie Hunnam (Pacific Rim, Sons of Anarchy) vénère, un Jude Law (Sherlock Holmes) bien fourbe, une mise en scène punchy... Comme il l'avait fait avec sa réécriture de l'oeuvre de Sir Arthur Conan Doyle, Guy Ritchie compte bien se servir des 100 millions de dollars alloués par la Warner pour dépoussiérer le mythe arthurien de manière radicale !

Certains crient déjà à l'outrage... J'ai tendance à y voir un bon gros film d'action insolent, radical et décomplexé. On verra si je me suis planté dès le 17 mai prochain.

Et puis reconnaissez que ça a une sacrée gueule toutes ces images montées sur le "Babe, I'm Gonna Leave You" de Led Zeppelin, non ?..

LE ROI ARTHUR : LA LÉGENDE D'EXCALIBUR

Crédits photos : Warner Bros. Pictures.

Commenter cet article