Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LES FRÈRES SISTERS - la critique

LES FRÈRES SISTERS - la critique

The Sisters Brothers, écrit par Jacques Audiard & Thomas Bidegain d'après le roman de Patrick deWitt. Réalisé par Jacques Audiard. Avec John C. Reilly, Joaquin Phoenix, Jake Gyllenhaal, Riz Ahmed. France / USA. 121mn. Sortie le 19 septembre 2018.

Charlie et Eli Sisters évoluent dans un monde sauvage et hostile, ils ont du sang sur les mains : celui de criminels, celui d'innocents... Ils n'éprouvent aucun état d'âme à tuer. C'est leur métier. Charlie, le cadet, est né pour ça. Eli, lui, ne rêve que d'une vie normale. Ils sont engagés par le Commodore pour rechercher et tuer un homme. De l'Oregon à la Californie, une traque implacable commence, un parcours initiatique qui va éprouver ce lien fou qui les unit. Un chemin vers leur humanité ?

 

LES FRÈRES SISTERS - la critique

Qu'est-ce que je voulais les aimer ces Frères Sisters. "Pourquoi ?" te demandes-tu, lecteur fébrile désireux de savoir pour quelle raison je mets de côté toute objectivité dés lors qu'il s'agit de parler du nouveau film de Jacques Audiard.

Parce que depuis son formidable Regarde les hommes tomber, récompensé par le César du meilleur premier film en 1995, jusqu'à Dheepan, Palme d'Or en 2015, Jacques Audiard a construit avec un talent peu commun dans le cinéma hexagonal une filmographie d'une force et d'une cohérence tout simplement remarquables. Paternité, filiation, personnages complexes en quête de sens et de vérité... le tout porté par une approche originale du cinéma de genre (Un prophète, De battre mon coeur s'est arrêté) qui a su à la fois conquérir la presse spécialisée et le grand public : bref, impossible de ne pas attendre fébrilement le nouveau projet d'un auteur de cette trempe ! Qui plus est lorsqu'il tente l'aventure américaine, à travers l'un de ses genres les plus mythiques...

Et pourtant, au sortir de la salle, le constat s'impose : on hésite à formuler les mots, on se dit que ça vient de nous et qu'on était pas dans un bon jour... On se trouve un peu des excuses avant de finalement admettre que non, le dernier film de Jacques Audiard, Les Frères Sisters, ne nous a pas entièrement convaincus.

Damned ! comme diraient Blake et Mortimer.

LES FRÈRES SISTERS - la critique

Si le film est un spectacle superbe, tant pour les yeux (magnifique photographie signée Benoit Debie) que pour les oreilles (Alexandre Desplat de nouveau très inspiré), porté par une distribution remarquable (je ne vais pas citer tous les noms de l’affiche mais ils sont tous excellents), je n’ai jamais réussi à adhérer totalement à la proposition faite par le metteur en scène de De rouille et d'os.

Où cherche-t-il à nous emmener ? 

C'est sûrement la question qui m'a le plus hanté à la vision de ces Sisters Brothers. Si on apprécie dans un premier temps l'aventure picaresque qui se déroule devant nous, cette manière d'alterner moments tragiques et comiques, discussions mélancoliques et explosions de violence sèche, on en vient quand même à se demander : "Où va-t-on ?"

Et ça, on ne le sait pas vraiment, la faute à des enjeux assez mal définis, là où Audiard nous avait justement habitués à des récits solides et thématiquement plus riches. On pourra me rétorquer que cette liberté de l’écriture, moins soumise à la « rigidité » narrative de ses précédents films, est justement l’un des points forts des Frères Sisters… Je répondrai alors « Moui… pas très convaincu »

Parce que ce flottement de l’intrigue me dérange et me laisse sur le bas-côté, incapable de pleinement m’attacher aux personnages, à leurs interrogations, à leurs doutes. Et si je reconnais volontiers que certains aspects du film me touchent particulièrement et s'intègrent parfaitement dans les interrogations qui traversent l'oeuvre d'Audiard (le rapport au père, la filiation), la mise en scène pas toujours à la hauteur achève malheureusement de faire de ce Sisters Brothers une déception qui n’aurait pas dû être.

Rythme et écriture un peu aux fraises, séquences d’action franchement mal foutues (la gestion de l’espace dans certains gunfights est catastrophique) et émotion beaucoup (beaucoup) trop rare empêchent de faire de cette aventure picaresque le meilleur film de Jacques Audiard comme le clament beaucoup, encore moins LE western de 2018. 

Alors oui, Les Frères Sisters est un très beau film. Mais pas un grand film.

Ps : LE western de 2018, il était américain et il s’appelait Hostiles

LES FRÈRES SISTERS - la critique

Crédits photos et résumé : Why Not Productions, Page 114 Productions, Annapurna Pictures, AlloCiné.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article