Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

INSTANTANÉ SÉRIES - 4

INSTANTANÉ SÉRIES - 4

Les volets à moitié baissés pour supporter la torpeur de l'été... La piña collada pour se rafraîchir (pensez à vous hydrater !)... Quelques chips pour ne pas avoir le ventre vide... Et c'est parti. 

"Mais où ça donc ?", te demandes-tu, lecteur fébrile. Mais nulle part ! On reste chez soi et on ne tombe pas dans le piège vendu par les magazines et autres blogs qui vendent l'exil vers des régions et/ou pays lointains comme un bonheur (ça peut, bien entendu...). On reste chez soi et on rattrape quelques séries. 

Je dis bien "quelques" parce qu'avec une offre aussi pléthorique que celle à laquelle est confronté(e) aujourd'hui tout(e) téléspectateur/trice, c'est quasiment impossible de tout voir, et même des fois impossible d'être à jour sur ce qu'on a déjà commencé. L'été est là pour ça : on se pose et on se met à jour.

INSTANTANÉ SÉRIES - 4

EUPHORIA - saison 1

créé par Sam LEVINSON

On commence avec la grosse claque en provenance de chez HBO : Euphoria. On était très curieux de voir la chaîne à l'origine de chefs-d'oeuvre tels que The Sopranos, Oz, True Detective ou encore The Wire s'aventurer dans le domaine de la série pour ados... et on a été servis ! On se doutait bien que ça n'allait pas donner Riverdale (heureusement...) mais, personnellement, je n'étais pas préparé à un tel choc.

En adaptant la série israélienne du même nom, Sam Levinson frappe un grand coup et porte sur la génération Z un regard sans concessions, mettant en avant des jeunes brisés et détruits de l'intérieur, en quête de réponses quant à la vie, la sexualité et leur corps et ne trouvant de réconfort à leur spleen permanent l'absorption d'opiacés en tous genres...

Parce qu'il a le temps de développer ses intrigues et de plonger plus intimement dans la psyché de ses personnages (en gros, un épisode par perso), Sam Levinson efface les erreurs qui plombaient parfois son long-métrage Assassination Nation (lui aussi centré sur une bande de jeunes en manque de repères), à savoir d'être trop superficiel et trop porté sur la forme, au détriment du fond. Ici, tout fonctionne avec un brio qui laisse sur les genoux : écriture complexe et pertinente, mise en scène ultra-stylisée et percutante, interprètes formidables (Hunter Schafer m'a plus d'une fois bouleversé)... En huit épisodes seulement, Levinson cartographie avec maestria, tel un Bret Easton Ellis télévisé, une jeunesse américaine dépressive et obsédée par les apparences, désireuse de se créer une identité propre malgré les nombreux démons qui la terrassent : c'est douloureux, c'est parfois pathétique, c'est très souvent touchant, c'est d'une énergie dingue (l'épisode 4 est un bijou de réalisation), c'est éprouvant, c'est fou, c'est euphorisant... c'est Euphoria.

Et c'est à voir sans tarder.

Saison 1 disponible sur le bouquet OCS.

INSTANTANÉ SÉRIES - 4

JETT - saison 1

créé par Sebastian GUTIERREZ

Portée par la sublime Carla Gugino, Jett... En fait, je pourrai m'arrêter là. Carla Gugino : ça devrait vous suffire pour foncer voir fissa ce polar diffusé sur Cinemax !

Vue au cinéma dans des films tels que Snake Eyes (Brian DePalma), Sin City (Robert Rodriguez, Frank Miller), American Gangster (Ridley Scott) ou bien encore Watchmen (Zack Snyder), Carla Gugino campe ici une ancienne voleuse qui se retrouve obligée de reprendre du service après avoir passé plusieurs années en prison. Et là, je vous entends déjà crier "Oh làlà, comment c'est cliché comme point de départ..." Certes, mais quand c'est aussi bien mené que Jett, on aurait bien tort de faire la fine bouche.

Intrigue, esthétique, violence... il y a dans Jett tous les ingrédients d'un bon polar, influencé par Quentin Tarantino (Pulp Fiction, Jackie Brown) ou encore Steven Soderbergh (Hors d'atteinte), efficacement réalisé par Sebastian Gutierrez (le créateur écrit et met en scène les 9 épisodes de la saison) et porté par des comédiens manifestement heureux de participer à ce neo-noir bien souvent jouissif. On se laisse très vite prendre par sa narration complexe (mais qui ne se la joue jamais "petit malin"), ses personnages barrés et attachants, son côté série B assumé à 100% et on en redemande !

Saison 1 disponible sur le bouquet OCS.

Crédits photos : HBO, Cinemax.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article