Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

UN OU DEUX WHISKY SOUR, KRISTEN BELL, DES GENS EN COLLANTS ET D'AUTRES TRUCS...

UN OU DEUX WHISKY SOUR, KRISTEN BELL, DES GENS EN COLLANTS ET D'AUTRES TRUCS...

Septembre : c’est la rentrée. 

Des classes bien entendu (yes, les vacances commencent vraiment !) mais c’est la rentrée télé aussi : ça va se bousculer sévère dans les prochaines semaines au niveau des nouveautés qui vont débouler sur la petite lucarne et/ou votre ordinateur, aucun doute là-dessus. Et arrivent également quelques grosses sorties ciné qu’il ne faudra pas rater : Ça - Chapitre 2 d’Andres Muschietti, Ad Astra de James Gray, Star Wars 9 de J.J. Abrams…

Mais avant de voir quelle série va devenir notre coup de coeur 2019 ou si Gemini Man d’Ang Lee va nous rappeler aux bons souvenirs des actioners 90’s, j’avais envie de revenir en quelques lignes sur ce qui m’a marqué cet été. 

UN OU DEUX WHISKY SOUR, KRISTEN BELL, DES GENS EN COLLANTS ET D'AUTRES TRUCS...

Déjà, la fin de Game Of Thrones fut douloureuse. Parce qu’ayant rattrapé les sept premières saisons en quelques semaines afin d’être à jour pour la dernière salve d’épisodes, le retour sur Terre a été brutal : plus de complots, plus d’intrigues de folie, plus de personnages géniaux, plus de séquences incroyables sur lesquelles disserter pendant des heures… bref, j’avais boudé la série d’HBO par snobisme, je me suis finalement pris une énorme claque devant un récit haletant et superbement écrit. Du moins sur ses cinq premières saisons.

Parce qu’après ça s’est gâté et notamment durant cette saison 8 qui a tant fait parler d’elle, mettant dos à dos ceux qui pensent que ce n’est pas la destination qui compte mais le voyage et ceux qui pensent que David Benioff et D.B. Weiss l’ont joué petit bras et ont offert à la série une fin moisie. Sans aller jusque-là (encore que…), il faut reconnaître que les six derniers épisodes de GoT sont indignes de ce dont le show a été capable par le passé : malgré un épisode 3 de folie (la fameuse bataille tant attendue contre Roi de la nuit), tant dans sa description du chaos que dans sa somptueuse mise en scène, le reste n’a été que bouclage d’intrigues en mode « on se magne, il ne nous reste que deux heures ! » jusqu’à un final honteusement bâclé, frôlant souvent le ridicule (attention spoilers… la mort de Daenerys…) et jetant sur les épisodes qui l’ont précédé un voile de honte que la série ne méritait certainement pas. 

Ce qu’il y a de bien, c’est que maintenant on va foutre la paix à Damon Lindelof qui s’était fait pourrir après la fin de Lost

Game of Thrones explose tout. Même dans la déception !

UN OU DEUX WHISKY SOUR, KRISTEN BELL, DES GENS EN COLLANTS ET D'AUTRES TRUCS...

En parlant de fin ratée, il y a justement une série qui s’était finie de manière hautement déceptive : Veronica Mars de Rob Thomas. Après deux saisons absolument géniales, la troisième avait montré de grands signes de faiblesse, tant dans ses intrigues que dans la gestion de certains de ses personnages. Et malgré le talent et l’énergie puissance 1000 de son interprète principale, l’excellente Kristen Bell, Veronica Mars s’était conclue de manière un poil précipitée et ratée.

Le film sorti en 2014, grâce notamment au soutien des fans et à leur amour sans faille pour cette pépite pop et noire, avait donné à voir une sorte de conclusion plus satisfaisante mais on en voulait plus, normal.

Cinq ans plus tard, Rob Thomas relance la machine sur Hulu et nous offre une saison 4 de huit épisodes. Yes !

Et « Yes ! » encore après avoir tout englouti en quelques soirées : on va pas tortiller, le retour de notre super(be) détective privée est une réussite. Tout en surfant sur une nostalgie qui fonctionne du tonnerre, le créateur de Veronica Mars a su faire grandir et mûrir son héroïne, en l’ancrant dans une nouvelle forme de réalité. En bref, il ne s’est pas reposé sur ses lauriers (hein Prison Break ?.. je parle de toi là…), a su renouveler l’esprit de la série sans sacrifier son ADN et nous a concocté un retour aussi palpitant que touchant. Le final, qui a laissé plus d’un fan sur le cul… et en colère (faudra qu’on parle un jour de ces fans qui s’imaginent qu’ils savent tout mieux que tout le monde et qu’ils détiennent tous les droits sur une série sous prétexte qu’ils la regardent…), offre à la détective de Neptune une nouvelle étape dans son parcours, assez excitante pour l'avenir. 

UN OU DEUX WHISKY SOUR, KRISTEN BELL, DES GENS EN COLLANTS ET D'AUTRES TRUCS...

Alors que Marvel fait péter le milliard de dollars à chaque film qui déboule dans les salles, que le pétard mouillé Avengers : Endgame en a même ramassé plus de deux (dépassant ainsi James Cameron et son Avatar… sacrilège !) malgré son rythme en dents de scie et son absence flagrante d’émotions, le constat amer que l’on se fait c’est que Disney (Marvel pour ceux qui n’auraient pas suivi) n’est pas près de changer une formule qui gagne. Quand bien même cette formule commencerait sérieusement à sentir le faisandé (hein Doctor Strange, Black Panther ou Spider-Man ?.. Je parle de vous là…) Alors qui, quoi pour bousculer tout ça ? Pas DC qui, malgré le succès d’Aquaman et le carton critique du prochain Joker, n’en reste pas moins à la traîne en plus de nous offrir des daubes comme Suicide Squad ou Justice League

Finalement, le salut est venu d’Amazon Prime Video : ça s’appelle The Boys, c’est tiré d’un comics de Garth Ennis et son ton méchamment drôle, irrévérencieux et gore en fait un divertissement hautement recommandable. Ce n’est pas parfait, la faute notamment à un rythme parfois mollasson, mais ça fait tellement de bien de voir des super-héros qui sont aussi et surtout des connards arrogants, prétentieux et dangereux ! Produite par Seth Rogen et Evan Goldberg (Preacher, Pineapple Express) et développée par Eric Kripke (Supernatural), The Boys décrit avec irrévérence une Amérique bouffée par le capitalisme, obnubilée par le pouvoir et son image tout en offrant un divertissement rondement mené, porté par d’excellents comédiens (Anthony Starr de Banshee est génial) et des effets spéciaux qui déboîtent. Marre du côté tout gentil de Marvel ? 

Bienvenue dans le côté sombre des super-héros et la décontraction du mythe qui va avec !

UN OU DEUX WHISKY SOUR, KRISTEN BELL, DES GENS EN COLLANTS ET D'AUTRES TRUCS...

Enfin, pour finir, impossible de ne pas parler de ce qui est pour l’instant le meilleur film de l’année, la claque ciné de 2019 : le nouveau film de Quentin Tarantino, Once Upon a Time in Hollywood. Je sais, je vous en ai déjà parlé en long, en large et en travers ici mais bon : quand on aime, on ne compte pas. Et comme j’aime ce film, mais du genre vraiment, je tenais à remettre une pièce dans le juke-box. Et dans Once Upon a Time in Hollywood, DiCaprio carbure (entre autres) au whisky sour, un cocktail qui fait du bien. 

Alors, si t’en as rien à carrer des séries et du cinéma mais que tu as tenu jusqu’au bout de ce billet, en plus de te dire « merci », voici de quoi pimenter tes soirées. Le tout, bien entendu, avec modération.

Whisky sour pour une personne :

- 5 cl de whisky

- 2 cl de jus de citron

- 2 cl de sirop de sucre

- 2 traits de Bitter Angostura

- 1 tranche de citron pour la déco

On peut aussi mettre du blanc d’oeuf mais perso, je m’en passe très bien !

Rendez-vous pour un tour d’horizon des pilotes de 2019 !

Crédits photos : HBO, Hulu, Amazon Prime Video, Sony Pictures.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article