Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TREADSTONE - critique 1x01 - 1x02

TREADSTONE - critique 1x01 - 1x02

Treadstone, c’est le nom du programme super-top-secret de la CIA visant à fabriquer des espions capables de te démonter l’épaule en deux morceaux tout en piratant un serveur informatique avec un Nokia 3310 et une ampoule : bref, des agents surentraînés et dont un certain Jason Bourne a été l’un des plus vaillants représentants sur quatre films. Jeremy Renner a bien tenté de le faire oublier dans un spin-off mais bon… passons.

Treadstone, c’est aussi le nom de la nouvelle série créée par Tim Kring (Heroes, Touch) pour la chaîne USA et qui se passe donc dans l’univers de Jason Bourne. On va y apprendre les origines de ce projet et péter quelques clavicules tout en se demandant « Mais qu’est-ce qui se passe ? », « Mais qui est derrière tout ça ?.. », « Quoi ?.. c’est un traître en fait ?.. », bref, plein de questions qui nous triturent les méninges lorsqu’on se retrouve devant un film ou une série d’espionnage qui se respecte. 

Au terme des deux premiers épisodes diffusés pour le moment, on se pose en effet des questions et la plus importante d’entre elles étant sûrement : « Ai-je vraiment assez de temps à perdre pour m’infliger ce truc toutes les semaines ? ». Et pour que je dise/écrive ça, faut que ce soit quand même sacrément poussif ! Parce que je suis très bon client dès qu’on me fait voir des agents doubles/triples, des bastons à base de coudes repliés dans l’autre sens, des programmes top-secret de la CIA, des réminiscences de la Guerre Froide, des cascades et des SUV noirs avec des types qui conduisent tout en écoutant des ordres crachés dans leur oreillette… 

TREADSTONE - critique 1x01 - 1x02

Preuve que je suis bon public et pas trop difficile : j’ai supporté la première saison de Jack Ryan diffusée l’année dernière sur Amazon Prime. Mais là, Treadstone, je pense qu’on va pas être copains très longtemps si ça reste aussi mou et cliché pendant toute sa saison : aucune surprise dans les rebondissements (faut s’être arrêté au Club des Cinq pour lever ne serait-ce qu’un sourcil devant ce qui semble nous être vendu comme un retournement de situation de folie…), personnages sans une once de charisme, scènes d’action calquées sur le moule de celles de la saga ciné sans la patte de Paul Greengrass à la caméra, ambiance musicale directement tirée d’un morceau oublié de John Powell, intrigue pas désagréable mais qui ne nous scotche pas non plus au canapé…

Treadstone, c’est ça : du divertissement pas foncièrement mauvais mais méchamment anecdotique. On peut bien sûr adhérer au principe de revenir sur les origines d’un des gros morceaux de la mythologie Bourne, tout comme on peut se dire qu’à tout vouloir expliquer, on perd un peu ce qui faisait le charme de la saga originale, et le sel d’une intrigue d’espionnage qui se respecte : le mystère. 

Vous n’en avez quand même pas un peu marre de tous ces programmes qui vous dévoilent la jeunesse de tel ou tel personnage, qui reviennent sur les fondations de tel ou tel univers... ?

TREADSTONE - critique 1x01 - 1x02

Mais je suis (un peu) faible (quand même) : je vais sûrement continuer à mater encore un ou deux épisodes. Parce que c’est (très) relativement efficace et que je kiffe l’univers de Jason Bourne. Et que dès qu'il s'agit d'espionnage, je baisse ma garde...

Mais si les films de Greengrass étaient un bon whisky vieilli pendant 45 ans dans un fût de chêne, Treadstone c’est un Whisky Coca que tu t’enfiles à 3 heures du mat’. Pas sûr que le réveil soit bon…

Ps : les plus perspicaces se seront peut-être arrêtés au nom du créateur, Tim Kring. En effet, après la déconfiture Heroes et les navrants Touch ou Dig, comment leur donner tort quant à leur méfiance ?.. Wait and see. 

Crédits photos : USA.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article