Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BLOODSHOT - la critique

BLOODSHOT - la critique

Bloodshot, écrit par Jeff Wadlow et Eric Heisserer, d'après une histoire de Jeff Wadlow et le comics de Kevin VanHook, Don Perlin et Bob Layton. Réalisé par David S.F. Wilson. Avec Vin Diesel, Eiza Gonzalez, Guy Pearce, Toby Kebbell, Sam Heughan. USA - 109mn. Disponible en VOD depuis le 27 mars 2020.

Ray Garrison est un soldat tué en mission, et ramené à la vie par RST Corporations, l'entreprise qui l’a transformé en super-humain. Des nanotechnologies coulent désormais dans ses veines, ce qui le rend invincible. Il est plus fort que jamais et capable de guérir instantanément de ses blessures. Mais RST Corporation ne contrôle pas que son corps… Ils ont également la main sur son esprit et ses souvenirs. Ray ne peut distinguer ce qui est réel de ce qui ne l’est pas – mais sa mission est désormais de le découvrir.

- Mais c'est quoi cette merde ?! Tu m'avais dit que le scénario était bon...

- Mais c'est quoi cette merde ?! Tu m'avais dit que le scénario était bon...

Alors que sa sortie en salles était prévue pour cette semaine dans nos contrées, la situation sanitaire liée au Covid-19 en a décidé autrement : Bloodshot, le nouveau film porté par Vin Diesel, débarque finalement en VOD.

"Oh, non !" hurleront les fans les plus hardcore du bonhomme, toujours en PLS depuis qu'on leur a annoncé que Fast and Furious 9 était quant à lui repoussé d'un an.

"Oh, non !" s'exclameront ceux qui s'inquiètent de savoir si Internet va tenir le coup suite au confinement de la planète entière et qui se demandent s'il est bien judicieux de bouffer de la bande passante pour un film qui sentait déjà pas bon rien qu'à la vision de sa bande-annonce...

- Laissez-moi tranquille... J'essaie d'oublier...

- Laissez-moi tranquille... J'essaie d'oublier...

Alors oui, il ne faut pas se fier à 100% à une bande-annonce, on le sait. Mais là, il faut bien reconnaître que notre première intuition était la bonne : Bloodshot est un calvaire quasi total, de son premier à son dernier plan.

Effets spéciaux nous rappelant les belles heures des cinématiques PS3, script tout faiblard qui lorgne sans génie du côté de RoboCop et/ou Universal Soldier, personnages transparents au possible et réalisation qui pointe aux abonnés absents : je vous confirme qu'il faudra vous armer de beaucoup de patience et de beaucoup d'alcool pour réussir à aller au bout. S'il faut certes consommer avec modération, une dérogation devrait être fournie nous autorisant à écluser sec à chaque fois que Vin Diesel ouvre la bouche et tente de jouer la comédie : directement tirée de l'enseignement qu'il a suivi à la Chuck Norris/Steven Seagal Academy, sa palette de jeu est inversement proportionnelle à l'épaisseur de ses bras.

Face aux deux expressions faciales, triste/énervé, de cette endive qu'on a autrefois aimée dans le rôle de Riddick chez David Twohy (Pitch Black, Les Chroniques de Riddick), le spectateur est en souffrance et se rattrape à ce qu'il peut : une séquence d'action potable (celle du tunnel), un Guy Pearce qui surjoue à mort en mode YOLO et une durée qui ne dépasse pas les deux heures.

Ouf, c'est déjà ça de pris. Mais c'est quand même 109 minutes de notre vie qu'on ne récupérera pas.

- Il est où le réal ?.. J'ai un petit truc à lui demander...

- Il est où le réal ?.. J'ai un petit truc à lui demander...

Crédits photos et résumé : Sony Pictures Releasing, AlloCiné.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article