o-ALMOST-HUMAN-570

 

Pourquoi j'ai voulu regarder?

 

Que serait une rentrée télé sans la nouvelle production de J.J. Abrams?.. Les mauvaises langues diraient sûrement : "Ben... une bonne rentrée?". Pas de ça pour moi même s'il faut reconnaître que notre geek à lunettes, véritable stakhanoviste du petit et du grand écran, peut donner l'impression de privilégier la quantité au détriment parfois de la qualité. Je dis bien "peut" car l'ami Abrams est victime d'un malentendu, massivement relayé par certains médias, qui vise à user du raccourci : "la nouvelle série de J.J. Abrams". Oui. Mais non. Parce que s'il est bien créateur (ou co-créateur) de Lost, Alias ou bien encore de Fringe, c'est surtout avec sa casquette de producteur qu'il a approché la télévision ces dernières années, avec plus ou moins de succès (Alcatraz, Six Degrees, Person Of Interest, Revolution). J.J. c'est un nom, une marque serait-on même tenté de dire : un gars qui, à travers sa boîte de production Bad Robot, permet de lancer des projets avec plus de facilité parce qu'il est bankable et dont l'implication, d'un point de vue créatif du moins, se montre toute relative. Donc, si Revolution est très moyenne c'est pas de sa faute, c'est juste que le showrunner et les scénaristes rament un peu! Et si Person Of Interest est excellente c'est pas grâce à lui, c'est juste que là, les scénaristes maîtrisent!

Et Almost Human, alors? Ben, c'est pareil. Abrams n'est que le producteur exécutif de ce projet créé par J.H. Wyman, ancien scénariste de Fringe et auquel il permet donc de voler de ses propres ailes en lui laissant les rênes de ce show SF qui s'annonce très prometteur.


arton49293

 

C'est bien de savoir de quoi ça parle, non?


Dans un futur proche, la police de Los Angeles emploie des androïdes à la plastique semblable aux humains. John Kennex perd un de ses collègues et sa jambe lors d'une mission-piège tendue par la mystérieuse organisation, le Syndicat. Après 17 mois de coma, le policier s'efforce de rassembler ces souvenirs dans l'espoir de pouvoir venger son ami et retrouver sa bien-aimée disparue. Entretemps, il lui faut reprendre du service. Son retour est d'autant plus difficile qu'il lui faut faire équipe avec un de ces robots très attachés au règlement. Lui est alors exceptionnellement assigné un ancien modèle, retiré du marché suite à quelques défaillances...


almost-human-karl-urban

Et... c'est bien?

 

Franchement, oui : c'est carré, efficace et les 45 minutes défilent sans aucun temps mort. Alors, ok Almost Human n'a pas inventé l'eau tiède et pioche allègrement dans toute une imagerie SF véhiculée par le cinéma et la télévision depuis des décennies mais le tout est emballé avec un savoir-faire certain et pas désagréable du tout. Il y a donc du Blade Runner, du Total Recall 2070 (très bonne déclinaison TV du film de Verhoeven), du I, Robot ou encore du Fringe dans l'ADN d'Almost Human mais le résultat se révèle très enthousiasmant et offre un moment de détente bien enlevé. Porté par un duo de comédiens qui fonctionne très bien (Karl Urban de Star Trek Into Darkness et Michael Ealy de Sleeper Cell), mettant déjà en place un fil rouge intriguant à base d'organisation secrète et de gros mystères et réhaussé d'effets visuels bluffants pour la petite lucarne, Almost Human amène son petit vent de fraîcheur dans une rentrée télévisée un peu tristoune et dont aucune bombe ne s'est encore détachée pour l'instant... Sans aller jusqu'à dire qu'Almost Human est cette bombe (il est encore trop tôt, évitons de nous emballer...), il faut reconnaître que j'ai vraiment envie de donner à J.H. Wyman la possibilité d'étendre son univers, ses intrigues et de proposer un show SF dans la lignée de la défunte Fringe. Je sais qu'il le peut car, si Fringe avait démarré tranquillement avant de monter en puissance et se révéler profondément addictive au fil des années, pourquoi n'en serait-il pas de même pour Almost Human?

Je serai donc là pour la suite!


20562328

 

Crédits photos et résumé : Fox Television, AlloCiné.

Retour à l'accueil