american-horror-story-saison-01

La famille Harmon, après une série de déboires personnels, décide de quitter Boston pour emménager dans une immense maison de Los Angeles...qui se révèlera hantée et abritant de nombreux secrets tous plus horribles les uns que les autres...

Attendue pour le mois d'Octobre en dvd et blu ray, la dernière bombe de la chaîne FX vient d'achever sa première diffusion française sur Ciné+Frisson. Que retenir de la nouvelle création de Ryan Murphy (Nip/Tuck, Glee) et Brad Falchuck (co-créateur de Glee)? 

L'horreur à la télévision, hormis quelques épisodes au sein de séries ne se rapportant pas directement au genre (Fringe, Supernatural) est absente depuis l'arrêt des anthologies Masters of Horror (où des grands noms du cinéma tels que John Carpenter et Joe Dante cherchaient à nous foutre la trouille sur le petit écran) et Fear Itself.

Ainsi, à l'annonce du projet d'American Horror Story, la curiosité et l'enthousiasme pour le retour d'un genre un peu oublié sont de mise même si la présence de Ryan Murphy aux commandes peut effrayer: après avoir si bien géré les deux premières saisons de la géniale Nip/Tuck, il avait malheureusement laissé sa série partir en sucette au terme d'une troisième année poussive et assez grotesque... Malgré son retour avec la plutôt sympathique Glee (qui, sous son aspect guimauve familiale cache une critique assez bien sentie de la société et de ses travers), la crainte de voir les qualités d'écriture de Murphy s'éparpiller étaient assez grandes et justifiées après la débâcle des aventures des deux chirurgiens esthétiques de Miami.

American-Horror-Story-house-deserted-in-the-70s

Qu'en est-il finalement de ce que l'on nous annonçait comme une réinvention de l'horreur?

On dira tout simplement que l'on a rarement vu une série comme celle-ci et que Ryan Murphy ne s'est aucunement calmé de certains de certains de ses délires. Paradoxalement, c'est cette énergie sans limite qui fait apprécier, du moins dans un premier temps, American Horror Story mais qui fait vite arriver à saturation: la série est un véritable grand huit, un patchwork des différents codes horrifiques (on y trouve ainsi une maison hantée, des fantômes, un homme avec la moitié du visage brûlé, un tueur en combinaison de latex, l'Antéchrist ou bien encore le Dahlia Noir...

american-horror-story2

C'est à un best-of, à une Histoire de l'Horreur justement que nous convient Ryan Murphy et Brad Falchuk mais on frôle malheureusement rapidement l'indigestion car malgré l'aspect jouissif des premiers épisodes qui nous proposent une entrée en matière excellente, malsaine et bien glauque, le côté "mix" finit par avoir raison de la cohérence de la série, de son unité...

Trop de personnages, trop d'intrigues (médecin assassin, massacre dans un lycée...) qui, par leur développement sur 12 épisodes, apparaissent trop survolées, trop anecdotiques alors qu'on attendait une plus forte concision pour un nombre d'épisodes limité comme ici...

809145 american-horror-story

Pourtant, malgré toutes ces réserves, la magie opère à plusieurs reprises: la série est tout d'abord très soignée d'un point de vue formel et la mise en scène, en dépit de quelques tics de réalisations un peu agaçants (zooms, montage un peu "limite") plutôt inspirée. Ce sentiment culmine lors d'une séquence d'accouchement (11ème épisode) éprouvante mais visuellement superbe. De plus, certains des personnages sont vraiment très bien écrits et leurs interprètes amènent eux aussi la série vers le haut: on retiendra notamment Evan Peters qui, dans le rôle difficile du jeune schyzophrène Tate, fait un travail remarquable ainsi que Jessica Lange, qui dans celui plus subtil qu'il n'y paraît de la voisine à la fois si gentille et si vicieuse, fait preuve une nouvelle fois d'un grand talent, justement récompensé aux Golden Globes.

Si la série n'aura finalement pas tenu toutes les promesses lancées en début de saison, Ryan Murphy et Brad Falchuck auront tout de même réussi à ramener le genre horrifique sur le petit écran à travers 12 épisodes barrés, inégaux mais empreints d'un je-ne-sais-quoi qui me fera revenir pour la suite. Les récentes déclarations des créateurs font également très envie: la nouvelle saison se déroulera dans un institut psychiatrique dans les années 60, on y retrouvera Jessica Lange et Evan Peters mais dans des rôles différents de ceux qu'ils tenaient en saison 1 et on devrait aussi y croiser Adam Levine, le chanteur de...Maroon Five! Bref, American Horror Story est décidément un show bien atypique et on ne pourra pas lui reprocher de ne pas chercher à se renouveler.american-horror-story-saison-1-photo-3Crédits photos: FX

Retour à l'accueil