Amour-et-turbulences portrait w858

Amours & Turbulences, écrit par Vincent Angell (adaptation de N. Ralanto, B. Bemol, J. Simonet, X. Nemo, A. Castagnetti et N. Bedos). Réalisé par Alexandre Castagnetti. Avec Ludivine Sagnier, Nicolas Bedos, Jonathan Cohen, Clémentine Célarié. France - 2013. 96mn. Sortie le 3 avril 2013. 

J'aime les comédies romantiques. Entre deux thrillers, un film de SF et un Donnie Yen, j'aime faire vibrer mon petit coeur. Et rien de tel qu'une bonne petite comédie romantique pour ça : j'aime voir deux personnages qui se détestent se rendre compte qu'ils sont faits l'un pour l'autre, j'aime voir une histoire d'amour qui commence mal... se finir bien. Ou une histoire d'amour qui commence bien, qui continue mal mais qui se finit quand même bien juste avant que ne défile le générique de fin. J'aime tous les ingrédients d'une comédie romantique, lorsqu'ils sont bien utilisés : un héros naïf (ou une héroïne bien sûr), des obstacles que les deux tourtereaux devront surmonter pour laisser éclater leur amour, un meilleur pote-confident-loser, une BO pop, des seconds rôles solides... On mélange tout ça et, si tout se passe bien, on a envie de retomber amoureux en sortant de la salle. Quand la magie opère, on a le droit à des films comme Quatre mariages et un enterrement, Coup de foudre à Notting Hill, Nuits blanches à Seattle, Crazy Stupid Love ou la perle du genre, Love Actually. Des métrages rythmés, drôles, furieusement romantiques et qui ont su jouer avec les règles d'un genre ultra codifié.

Et oui, je le remarque moi aussi, il s'agit de films anglo-saxons. Loin de moi l'idée de faire de l'anti-patriotisme mais il faut savoir reconnaître le talent certain des cinéma anglais et américain dans le registre de la comédie romantique. En France, on rame un peu plus : on navigue entre le sympa (La chance de ma vie) et... le sympa (L'amour, c'est mieux à deux)! Pourtant, des fois, à la grâce d'un alignement des planètes positif, des miracles surgissent : Prête-moi ta main, L'arnacoeur ou le très bon 20 ans d'écart avec Virginie Efira.

 

AmoursEtTurbulences FP1


Vingt lignes d'intro, c'est trop. Plein de lecteurs auront déjà décroché pour aller vérifier leurs mails sans savoir ce que vaut Amours & Turbulences... Ces gens n'iront peut-être pas voir le film d'Alexandre Castagnetti (La Chanson du Dimanche), ce qui serait vraiment dommage. Alors, pour les lecteurs lunaires qui cherchent les mots en gras, en italique et/ou en majuscules : FONCEZ!

Amours & Turbulences ne va pourtant pas bouleverser le genre de la comédie romantique (il n'en a pas la prétention, d'ailleurs) mais il en est juste un des meilleurs exemples récents. Il va simplement vous faire rire, vous émouvoir et vous donner envie de tomber amoureux en sortant de la salle. Ce qui est déjà pas mal, voire beaucoup.

Alors qu'un avion la ramène de New-York à Paris où elle s'apprête à se marier, la belle Julie se retrouve assise à côté d'Antoine, un séduisant débauché qu'elle a aimé 3 ans plus tôt. Elle va tout faire pour l’éviter alors qu'il compte sur ces 7 h de vol pour la reconquérir! L'occasion pour nous de voyager dans le passé et de revivre leur rencontre, leur amour, leur rupture, autant de scènes rocambolesques, romantiques et corrosives qui vont faire de ce voyage le plus bouleversant de leur vie.

Malgré ce point de départ original (le huis clos dans un avion), on sait quand même comment tout va se finir. Comme je le disais plus tôt, c'est là le challenge d'une bonne comédie romantique : savoir aller au-delà des codes et des figures imposées pour proposer de la nouveauté. Et pour ça, Amours & Turbulences est une belle réussite.

Le film de Castagnetti tire intelligemment son épingle du jeu en proposant un récit qui, tout en reprenant avec une belle sincérité les codes les plus évidents de la comédie romantique et en s'inscrivant donc dans une certaine logique de classicisme, trouve une modernité dans son rythme et dans sa manière de déstructurer sa temporalité à coups de flashbacks, d'alternances de points de vue et autres artifices narratifs utilisés à bon escient.


Amour-turbulences portrait w674

 

Emmené par une mise en scène inventive (dont un plan séquence assez bluffant) qui évite le côté téléfilm de certaines productions hexagonales, des dialogues savoureux et une bonne humeur communicative, Amours & Turbulences apporte une belle bouffée d'air frais dans un genre un peu trop souvent en pilotage automatique et prouve qu'en France aussi, l'humour et l'amour font très bon ménage.

Chroniqueur talentueux dont le ton acide n'est pas forcément du goût de tout le monde, Nicolas Bedos se révèle très à l'aise dans son premier grand rôle au cinéma et livre une prestation convaincante... de lui-même! Dandy exécrable et arrogant, Antoine est le portrait à peine voilé d'un Nicolas Bedos qui a donné beaucoup de lui-même dans ce film (il est co-auteur du scénario et des dialogues) et qui s'offre ici une psychanalyse jubilatoire et gentiment trash. Formant avec la pétillante Ludivine Sagnier (Comment résister?.. Comment?) un couple improbable et finalement touchant, l'auteur-dramaturge se montre tour à tour drôle, irritant et séduisant et se révèle vraiment être une excellente surprise. Comme dans toute bonne comédie romantique qui se respecte, les seconds couteaux ne sont pas en reste (hilarants Jonathan Cohen et Jackie Berroyer) et permettent au film d'éviter la lassitude qui pourrait survenir du fait du huis-clos et donc de maintenir un rythme de croisière parfait. Au même titre que la bande originale alterne morceaux jazzy/soul et morceaux plus pop, Amours & Turbulences joue habilement sa partition : un pied dans le passé (les codes du genre) et un autre dans la modernité (la mise en scène, la narration éclatée). Ne boudez donc pas votre plaisir : c'est bien écrit, c'est drôle, c'est bien joué et ça donne le sourire... Voilà pourquoi j'aime les comédies romantiques! Pour ça et aussi parce que...

Non, promis, je ne vais pas faire vingt lignes de conclusion.


efc6caa2

Crédits photos et résumé : Universal Pictures International France, Allociné.

 

 

Retour à l'accueil