the-conjuring-poster

 

Budget : 20 millions de dollars. Première semaine d'exploitation : plus de 83 millions de dollars de recettes... Qui a dit que l'été US était morose? Sûrement pas James Wan qui vient une nouvelle fois de frapper très fort avec son nouveau film! Alors que les méga-productions aux budgets pharaoniques se ramassent à tour de rôle au box-office US (After Earth, Lone Ranger, RIPD), c'est un petit film de genre sur lequel personne ne misait vraiment qui vient mettre une raclée aux blockbusters estivaux! Enfin, quand je dis "sur lequel personne ne misait vraiment", je ne parle bien sûr pas de ceux qui suivent James Wan depuis son entrée fracassante sur la scène internationale avec le traumatisant Saw.

 

saw1

 

Nous sommes en 2004 et un petit film sec, violent et méchamment malin casse la baraque. Son nom : Saw. Ses instigateurs : James Wan (scénariste et réalisateur) et Leigh Whannell (scénariste et comédien), deux australiens passionnés de cinéma de genre et bien décidés, avec un budget microscopique, à foutre la trouille à tout le monde. Le résultat : un carton plein et le début d'une des franchises d'horreur les plus lucratives de l'Histoire. Et aussi, passé un troisième opus proprement traumatisant, une franchise parmi les plus foncièrement mercantiles... Mais là n'est pas le débat.

 

dead-silence-dead-silence-29613683-481-329

Un an après, Wan et Whannell nous livrent Dead Silence, petit film horrifique moins tape-à-l'oeil que son prédécesseur et qui rend hommage aux classiques gothiques des années 60. Riche d'une mise en scène superbe et à l'atmosphère très travaillée, Dead Silence n'a pas le même impact que Saw mais prouve en tout cas tout le respect que le jeune réalisateur porte au genre et sa sincérité quant à son approche éclectique.

 

death-sentence-firstlook

Pour son film suivant, James Wan s'attaque aux années 70 et aux films de vigilante : je parle bien sûr du brutal et sans concession Death Sentence où Kevin Bacon, après avoir vu sa famille massacrée par une bande de délinquants, décide de se faire vengeance... Polar sec, nerveux et admirablement shooté (la séquence du parking reste dans toutes les mémoires), Death Sentence fait définitivement entrer Wan dans la cour des plus solides artisans du genre.


affiche-Insidious-2010-2

 

Défrichant avec bonheur le genre ultra-balisé du film de maison hantée, Insidious est un excellent mix des différentes influences de Wan et Whannell : mélangeant tour à tour figures imposées (portes qui grincent), apparitions démoniaques et exorcisme empreint d'une poésie macabre, le film parvient tout du long à déjouer les attentes de manière très habile et à emmener le spectateur vers des instants de pure terreur. Avec 100 millions de dollars de recettes pour une mise d'à peine 1,5 millions (!), Insidious est un énorme carton dont le chapitre 2 est attendu pour octobre prochain... Et oui, déjà! Avec toujours James Wan aux commandes.

 

10-the-conjuring

En attendant, c'est donc The Conjuring qui nous intéresse. Le pitch?
L'histoire horrible, mais vraie, d'Ed et Lorraine Warren, enquêteurs paranormaux réputés dans le monde entier, venus en aide à une famille terrorisée par une présence inquiétante dans leur ferme isolée… Contraints d'affronter une créature démoniaque d'une force redoutable, les Warren se retrouvent face à l'affaire la plus terrifiante de leur carrière…

Avec au casting Vera Farmiga (Bates Motel), Patrick Wilson (Insidious), The Conjuring s'est révélé être la très bonne surprise de l'été pour la Warner : à défaut de révolutionner les films de maison hantée (au vu des premières critiques), le nouveau James Wan aura par contre une nouvelle fois prouvé que lorsque le genre est traité avec respect et savoir-faire, le public répond à l'appel... On attend de pied ferme l'incursion du réalisateur dans la franchise Fast & Furious!

Conjuring - Les dossiers Warren : sortie le 21 août 2013.

 

 


 


Crédits photos : Lionsgate, Warner Bros. Pictures, 20th Century Fox, Universal Pictures, FilmDistrict.

Retour à l'accueil