Expendables-2-affiche

Expendables 2, réalisé par Simon West. Ecrit par Richard Wenk et Sylvester Stallone. Avec: Sylvester Stallone, Jason Statham, Dolph Lundgren, Jean-Claude Van Damme... USA - 2012 - 102mn.

Au cas où on n'aurait pas entièrement saisi le message de l'affiche, avec ces mercenaires surarmés en t-shirt taille S et qui annonçait clairement du lourd, Stallone et toute sa bande tiennent à ce que tout soit clair dès le début en proposant d'entrée de jeu une séquence d'action proprement dantesque: au bout de cinq minutes, on comptabilise déjà 30 jeeps explosées, un hélicoptère pulvérisé par une moto et à peu près 172 morts... On est prévenus, ça va envoyer sévère pendant deux heures!

expendables-2-making-of

Si le premier Expendables avait été la claque, Expendables 2 est le coup de boule: direct, bourrin et jouissif de bout en bout, le film est la parfaite illustration de la suite "bigger and louder". On a envie d'applaudir à chaque réplique de Dolph Lundgren, de dire "merci" à la fin de chaque scène d'action parce que c'est juste bon d'avoir un sourire béat du début à la fin: Stallone, épaulé par la mise en scène solide et old school (pas d'abus de CGI, pas de caméra qui remue dans tous les sens...) de Simon West (le très con mais fendard Les Ailes de l'Enfer), réussit au-delà de toutes les espérances ce pari insensé, fantasmé et forcément redouté. Ce pari de faire revenir une fois encore les anciens gros bras qui ont offert au cinéma d'action quelques beaux fleurons et qui ont surtout bercé l'enfance de millions de spectateurs élevés aux VHS.

the-expendables-2

Les rares défauts du premier épisode (certains personnages trop en retrait, quelques scènes d'action un peu brouillonnes...) sont effacés par l'enthousiasme jubilatoire et communicatif d'une bande de comédiens simplement venus s'amuser et nous en donner pour notre argent: Jet Li qui se fighte contre une dizaine de types en plan-séquence, Stallone, Schwarzenegger et Willis qui avancent côte-à-côte en canardant dans tous les sens, Jean-Claude Van Damme énorme bad guy qui en fait des tonnes et Chuck Norris... impérial! Bref, pour tous les fans de films bien burnés des années 80, c'est presque la larme à l'oeil! Festival de références ("I'll be back"), de punchlines savoureuses et d'action débridée, Expendables 2 montre une bande de vieux briscards reprendre les flingues avec panache, sans se prendre au sérieux et en sachant pleinement ce que le public attend d'eux... C'est tout ce dont on rêvait, en mieux! Et c'est suffisamment rare pour être souligné!

the-expendables-2-chuck-norris

C'est aussi un plaisir que de voir un spectacle aussi bourrin et rentre-dedans s'assumer totalement comme tel: oubliées les réflexions sur les héros vieillissants que l'on avait dans le premier film (les échanges entre Stallone et Mickey Rourke) et hormis quelques répliques sur le deuil et les regrets d'une vie, Expendables 2 ne cherche pas à se donner des airs supérieurs et à apporter une sorte de "caution" à son dézinguage intensif! Ca mitraille, ça explose, ça se donne des coups de lattes bien vénères et... c'est comme ça, c'est tout!

La place de ces hommes est peut-être dans un musée, comme ils le disent eux-mêmes, mais il y a des chances qu'ils fassent tout péter en y arrivant!

Crédits photos: Metropolitan Filmexport.

Retour à l'accueil