FAST AND FURIOUS 6 - la critique

Fast and Furious 6, écrit par Chris Morgan . Réalisé par Justin Lin. Avec Vin Diesel, Paul Walker, Michelle Rodriguez, Dwayne Johnson, Luke Evans. USA - 2013. 130mn. Sortie le 22 mai 2013.

Dom, Brian et toute leur équipe, après le casse de Rio, ayant fait tomber un empire en empochant 100 millions de dollars, se sont dispersés aux quatre coins du globe. Mais l’incapacité de rentrer chez eux, et l’obligation de vivre en cavale permanente, laissent à leur vie le goût amer de l’inaccomplissement. Pendant ce temps Hobbs traque aux quatre coins du monde un groupe de chauff eurs mercenaires aux talents redoutables, dont le meneur, Shaw est secondé d’une de main de fer par l’amour que Dom croyait avoir perdu pour toujours : Letty. La seule façon d’arrêter leurs agissements est de les détrôner en surpassant leur réputation. Hobbs demande donc à Dom de rassembler son équipe de choc à Londres. En retour ? Ils seront tous graciés et pourront retourner auprès des leurs, afin de vivre une vie normale.

Des sagas qui deviennent de mieux en mieux d'épisode en épisode... vous en connaissez beaucoup?.. Des films d'action généreux où chaque séquence est encore plus énorme que la précédente?.. Des cascades et des rebondissements complètement WTF qui vous collent un sourire sur le visage pendant plus de deux heures?.. Vous désespériez de trouver un équivalent au démentiel Bad Boys 2, monument de débauche qui s'évertuait à enchaîner les morceaux de bravoure et de destruction massive à intervalles réguliers?.. Réjouissez-vous! Fast and Furious 6 déboule avec sa tôle froissée, ses vannes dans tous les sens, ses gunfights et ses combats mano à mano qui envoient du très lourd...

FAST AND FURIOUS 6 - la critique

Repris en main par Justin Lin sur Tokyo Drift, la saga des voitures surgonflées et des demoiselles... elles aussi surgonflées (1ère et unique référence beauf, promis... pardon aux familles!..) revenait de loin après un second volet à vomir : pas découragés, lui et son scénariste Chris Morgan ont fait lentement mais sûrement remonter le niveau à coups de films certes très perfectibles mais néanmoins très funs, à savoir Tokyo Drift donc et Fast and Furious 4, sorte de brouillon de ce vers quoi les deux complices tendaient réellement. Un but atteint en 2010 avec l'excellent Fast and Furious 5, film d'action ultra-jouissif qui n'avait qu'un seul défaut, celui de porter le titre d'une saga au passé pas très glorieux... L'honneur est réparé : le public a suivi (à raison) les deux compères sur leur trip de caper movie testostéroné et Lin et Morgan ont donc les coudées franches pour nous balancer un Fast and Furious 6 qui repouse encore plus loin les limites du blockbuster bigger and louder!

FAST AND FURIOUS 6 - la critique

Si, comme moi, vous ne vous êtes toujours pas remis de l'ignoble Die Hard 5 sorti en février dernier, le film de Justin Lin est là pour vous venger! Véritable doigt tendu à cette bouse signée John Moore, et qui représente sûrement le fond du fond en terme de blockbuster récent, Fast and Furious 6 a juste tout compris pour nous faire prendre notre pied du début à la fin : enchaînant sur un rythme qui ne faiblit jamais les morceaux de bravoure qui donnent envie d'applaudir tout en demandant au projectionniste de rembobiner, ce nouveau volet est une vraie bombe de cinoche populaire. Du cinoche qu'on va voir entre potes, qui assume totalement son côté régressif et qui se révèle d'une honnêteté rafraîchissante : le film de Justin Lin ne cherche jamais à se la raconter, il fait juste son taf. Et il le fait très bien!

FAST AND FURIOUS 6 - la critique

Dopé par un casting qui prend visiblement son pied, Fast 6 plonge cette fois notre équipe de gangsters au grand coeur dans une sorte de Mission Impossible décomplexé, à base de système de guidage satellite et de militaire renégat... Certes, l'intrigue est aussi fine que le t-shirt de The Rock est tendu et révèle une petite baisse de régime à l'amorce du troisième acte, il n'empêche que le tout n'ennuie jamais et délivre sans peine son quota de sensations fortes : entre une poursuite nocturne à Londres qui déboîte, une séquence dantesque incluant des voitures lancées à vive allure et un tank ainsi qu'un climax qui tient du grand n'importe quoi jouissif, Justin Lin s'est fait plaisir et a réussi à surpasser le précédent volet, ce qui n'était pas une mince affaire tant celui-ci alignait les instants cultes à la pelle!

Et, cerise sur le gâteau... ATTENTION SPOILER...

FAST AND FURIOUS 6 - la critique

L'opus numéro 7, prévu pour une sortie à l'été 2014 et sous la houlette de James Wan (Saw, Death Sentence), se dévoile déjà dans une séquence post-générique en nous présentant celui qui en sera le grand méchant... rien moins que Jason Statham (Expendables 1 et 2)! Ben ouais, c'est comme ça, il suffit parfois d'un rien pour trépigner comme un gosse en attendant la sortie de ce nouveau volet qui aura la lourde tâche de faire encore mieux... On a toutes les raisons d'y croire, non?

Crédits photos : Universal.

Retour à l'accueil