Intelligence2

 

Pourquoi j'ai voulu regarder?

 

Pour Josh Holloway? Pas vraiment, non. Son rôle de Sawyer dans la défunte Lost avait beau être un des plus attachants, son jeu ne tutoyait pas non plus les cimes au point de faire une grève de la faim pour qu'il obtienne une statuette aux Golden Globes.

Intégrité journalistique? Vu que je travaille gratos : pas vraiment non plus. Pour me faire un don (chèque, PayPal...), ne pas hésiter à me contacter...

Pour le sujet? Oui, c'est ça. Dès qu'un pitch mentionnant les mots "espion", "CIA", "secret" et "complot" fait son apparition, un truc se déclenche en moi et je regarde. Si Chuck Norris revenait foutre des coups de santiags à la télé dans le rôle d'un agent secret rebelle et barbu, je regarderai.

 

 

intelligence3

- Il a bien dit Chuck Norris, là?..

- Chut... tu te fais du mal...

 

C'est bien de savoir de quoi ça parle, non?

 

Gabriel Vaughn est un agent très spécial à l'intelligence augmentée. Grâce à une puce intégrée dans son cerveau, il peut se connecter à l'ensemble du spectre électromagnétique : Internet, Wi-fi, téléphone, satellite. Une révolution technologique qui lui permet d'accéder à une mine d'informations et de détourner les pare-feux les plus redoutables. Un tel élément peut être assigner à des missions de la plus haute importance. Mais aussi être une arme très convoitée. Lillian Strand, à la tête de cette agence gouvernementale à la pointe de la technologie, engage Riley Neal, l'un des meilleurs éléments de l'équipe de sécurité Présidentielle, pour protéger Gabriel, assurer ses arrières et le recadrer au besoin lors de ses interventions à l'extérieur. Plutôt téméraire, le jeune homme peut en effet se montrer assez imprévisible et ignorer le protocole.

 

Et... c'est bien?

 

Intelligence

- Elle est à droite la caméra?

- Non, à gauche!

 

Un titre, c'est très important. Sans dire que ça fait tout, ça fait quand même pas mal. Ça donne une identité, un ton : alors quand on propose un show qui se nomme Intelligence, y'a pas intérêt à se louper et à proposer un truc qui en manque cruellement... C'est facile de dire ça, je sais. Surtout que là, le terme désigne les Services Secrets et non pas la faculté dont semblent dépourvus les producteurs de cette chose. Alors oui, c'est facile, je le reconnais. En même temps, ils n'avaient qu'à appeler ça The Puce et j'aurai rien dit!

Bref, notre héros à l'oeil torve et au torse musclé a une puce dans la tête pour le rendre plus malin... 

C'est tout? Non, il a aussi un trauma : sa femme, une espionne, est supposée morte depuis qu'elle a changé de camp et participé à un attentat terroriste... Retenez bien le "supposée morte", c'est important.

En gros, mis à part le GROS MYSTERE, le pitch d'Intelligence vous rappelle Chuck? Ou encore Jake 2.0.? Ces deux séries vous manquent?.. Restez sur vos bons souvenirs et ne tentez pas Intelligence : vous ne pourriez que regretter encore plus amèrement la fin des aventures du geek espion qui bossait à Nerd Herd.

Tout dans le show de Michael Seitzman est en pilotage automatique : l'intrigue réchauffée, la mise en scène impersonnelle au possible, les acteurs aussi impliqués que dans une pub pour yaourts... bref, Intelligence est la nouvelle définition de ce qu'est une série formatée.

Et ce ne sont pas les deux dernières minutes qui vont sauver la mise, ces deux dernières minutes qui reviennent sur le GROS MYSTERE : on sentait le coup venir à des kilomètres, on se disait qu'ils n'allaient pas choisir cette ficelle scénaristique (qui ressemble donc ici à un câble)... et puis si, en fait! Attention SPOILER : la femme... n'est pas morte! Ah ben ça alors...

42 minutes de vide... Et dire que pendant ce temps-là, j'aurai pu regarder un épisode de Banshee... Damn it!!

Après, la série peut aussi se révéler être une très bonne surprise sur la durée, why not? Nikita avait sacrément bien remonté la pente après des débuts pourtant désastreux tandis qu'Almost Human, qui m'avait pourtant bien emballée lors de la diffusion de son pilote (critique ici), s'est enfermée dans une paresseuse routine au bout de seulement cinq épisodes...

Donc, on peut y croire un peu. Mais seulement un peu. Et va falloir mettre les bouchées doubles pour ça!

 

Crédits résumé et photos : AlloCiné, CBS.

 

Retour à l'accueil