JACK REACHER - la critique

 

Jack Reacher, écrit et réalisé par Christopher McQuarrie (d'après l'oeuvre de Lee Child). Avec Tom Cruise, Rosamund Pike, Werner Herzog, Jai Courtney. USA - 2012. 131mn. 

Un homme armé fait retentir six coups de feu. Cinq personnes sont tuées. Toutes les preuves accusent l’homme qui a été arrêté. Lors de son interrogatoire, le suspect ne prononce qu’une phrase : « Trouvez Jack Reacher. »
Commence alors une haletante course pour découvrir la vérité qui va conduire Jack Reacher à affronter un ennemi inattendu mais redoutable...

Jack Reacher est un homme sans attaches, sans portable, sans carte de crédit, sans permis... Un être "rare" dans une société où tout le monde est connecté. Et c'est exactement ce qu'est Jack Reacher en tant que long-métrage : un film rare. A une époque où la moindre scène d'action est surdécoupée à outrance et où n'importe quel tâcheron se réclame de Paul Greengrass (La Mort dans la Peau), mais malheureusement sans le talent (Taken 2 et son montage tout bonnement incompréhensible), le film de Christopher McQuarrie arrive comme un cheveu sur la soupe. Et c'est justement ça qui est bon! Avec son intrigue qui prend son temps, son personnage principal tenace, têtu et que rien n'arrêtera, Jack Reacher est une bouffée d'air frais. Profitez-en, savourez : que vous ayez grandi en idôlatrant Mel Gibson dans L'Arme Fatale ou Steve McQueen dans Bullit, ou que vous soyez simplement en manque d'un cinéma du samedi soir fun, décomplexé et sacrément jouissif, Jack Reacher est là!

JACK REACHER - la critique

Adapté des écrits du romancier anglais Lee Child (déjà 17 bouquins au compteur!), Jack Reacher avait un peu été vendu comme un gros film d'action par une bande-annonce un poil mensongère, loin de faire honneur aux nombreuses qualités d'un film décidément pas comme les autres.

 Veste en cuir, Chevrolet vintage et réparties qui tuent. En quelques images-clés, toute la richesse de Jack Reacher est là : un héros hors-normes, venu d'un autre temps, celui des thrillers bien tendus et frondeurs et dont Hollywood semble avoir oublié la recette depuis une bonne quinzaine d'années maintenant (le film fait beaucoup penser au Dernier Samaritain ou encore à Au revoir, à jamais, tous les deux écrits par Shane Black, génie du polar hard-boiled et des répliques assassines)...

Tout commence par une scène d'introduction estomaquante : dix minutes de silence alors qu'un sniper choisit lentement cinq personnes à abattre dans la rue. Par ses cadres et son montage parfait, cette séquence glaçante est une vraie leçon de mise en scène : en quelques instants, le spectateur est happé dans une histoire qui ne le lâchera plus. Douze ans après sa première réalisation, Way Of The Gun, Christopher McQuarrie revient en très grande forme.

JACK REACHER - la critique

Emmené par un Tom Cruise impérial et qui prouve une nouvelle fois que la cinquantaine n'a aucunement entaché son charisme (ce mec a tout simplement une classe de dingue et son mano à mano final contre Jai Courtney est une merveille de brutalité et d'efficacité), Jack Reacher propose durant plus de deux heures un divertissement de très haute tenue : brillant scénariste d'Usual Suspects et de Walkyrie, Christopher McQuarrie livre ici un excellent film sacrément bien troussé, au scénario certes moins complexe que celui qui cherchait à nous embrouiller avec Keyser Söze, mais où l'on trouve la même rigueur mais également la même envie de surprendre. Car oui, Jack Reacher surprend à de nombreuses reprises (n'entrez pas dans la salle en croyant avoir déjà tout vu...) : la mise en scène est vraiment excellente et rappelle les grandes heures du polar américain (Dirty Harry, les films avec Charles Bronson) mais les ruptures de ton, le rythme lent (mais pas long) ainsi que les nombreuses touches d'humour donnent un cachet vraiment particulier à ce qui s'apparente à un thriller plutôt classique certes, mais ô combien savoureux! C'est du classicisme, dans le très bon sens du terme : c'est bien shooté, les acteurs sont bons (Werner Herzog en méchant est bien flippant), l'intrigue est très bien gérée et on a le droit à des séquences d'action bien senties et pas loin de frôler une certaine perfection.

JACK REACHER - la critique

Entre la séquence du sniper du début, un combat à un contre cinq réellement jubilatoire, une baston contre deux des pires gros bras du monde et une fusillade finale suivie d'un fight bien nerveux, Jack Reacher nous assène en plein milieu de son intrigue une poursuite tout bonnement monumentale : aucun accompagenement musical, juste le son des moteurs et des crissements de pneus. Ca sent le bitume et c'est filmé de manière exemplaire : des plans larges (c'est bien Tom Cruise qui conduit... ce mec sait tout faire!) qui savent nous immerger dans ce grand moment de tension et de rythme et un montage aux petits oignons qui évite les effets de manche (plans super rapides, effets stroboscopiques...) et se révèle d'une efficacité rare! Vous vous souvenez des poursuites cultes de Bullit, French Connection ou du plus méconnu Driver de Walter Hill?.. Vous désespériez d'en voir un jour d'aussi puissantes et visuellement scotchantes?.. Foncez dans votre cinéma le plus proche : un certain Jack Reacher risque bien de vous mettre sur le carreau!

JACK REACHER - la critique

Au risque de me répéter, Jack Reacher, c'est du divertissement solide à l'ancienne : efficace, bourré d'idées et de moments jouissifs, mis en scène avec une sincérité et une simplicité rafraîchissantes... Et au risque de paraître trop enthousiaste, Jack Reacher est peut-être bien mon film préféré de 2012... Il était temps, il restait plus qu'une journée!

Crédits photos : Paramount Pictures.

Retour à l'accueil