person of interest poster

Person Of Interest marque la première incursion à la télévision du génial scénariste Jonathan Nolan. Génial? Ben oui, le Monsieur a écrit Le Prestige, The Dark Knight et The Dark Knight Rises (rien que ça!), tous trois réalisés par son frère Christopher: on peut donc dire que Jonathan Nolan manie très bien la plume et qu'il est sacrément doué pour pondre des intrigues palpitantes et inventives.

Associé au très prolifique J. J. Abrams (Alias, Lost, Fringe...), Nolan livre avec Person Of Interest une des séries les plus dans l'air du temps du moment: paranoïa post-11 septembre, écoutes téléphoniques, caméras de surveillance à tous les coins de rue, piratage informatique...

Recruté par le Gouvernement, Harold Finch (Michael Emerson - Lost) a mis au point une machine capable d'anticiper les actes terroristes grâce aux croisements de plusieurs données. Cette machine repère également des crimes plus "ordinaires" mais ceux-ci n'intéressent malheureusement pas les autorités: Finch se décide donc à intervenir et recrute un ancien agent de la CIA supposé mort, John Reese (Jim Caviezel - Déjà Vu). Ensemble, ils tentent de savoir si la personne désignée par la Machine (par son numéro de sécurité sociale) sera la victime ou l'auteur du crime à venir...

Diffusée sur la chaîne CBS, pas forcément réputée pour ses séries audacieuses ou ses prises de risques (Les Experts, NCIS, Blue Bloods...), la série de Jonathan Nolan s'est rapidement imposée comme un des succès de la rentrée dernière en mettant tranquillement et adroitement en place son univers et les codes qui le régissent. Alors que de nombreuses chaînes cherchaient à surfer sur la nostalgie des années 50 et 60 suite au triomphe de Mad Men (The Playboy Club et PanAm, toutes deux annulées...), Person Of Interest s'est démarquée par son univers contemporain froid, technologique et assez anxiogène.

person-of-interest-saison-1

De prime abord, et cette sensation est renforcée par les premiers épisodes, le show semble s'enfermer dans une routine un peu trop calibrée: la Machine de Finch sort un numéro tandis que John Reese est envoyé vers cette personne pour la sauver d'un crime ou l'empêcher d'en commettre un... C'est invariablement ce qui se passe les premières semaines: c'est carré, très prenant mais il manque ce "petit je-ne-sais-quoi" qui ferait la différence... Pourtant, cette mécanique est nécessaire pour faire connaissance avec les personnages, leur passé, leurs erreurs et mettre ainsi doucement en place un univers qui ne demandera qu'à être bousculé: c'est ainsi que dès le tiers de cette première saison, pas moins de trois arcs narratifs sont mis en place et ne cesseront de s'imbriquer intelligemment jusqu'au final, intense et diablement efficace! Ce fameux "petit je-ne-sais-quoi"? Il était là depuis les débuts: il attendait juste patiemment son moment pour pleinement s'épanouir... 

michael emerson & jim caviezel

C'est dans cette gestion étonnante des multiples personnages, des intrigues entremêlées mais aussi dans le mélange fascinant des genres que Jonathan Nolan excelle et qui rapproche Person Of Interest  de ses précédents travaux. Alors que The Dark Knight et The Dark Knight Rises empruntaient énormément au thriller et au genre épique au sein d'un genre ultra-codifié tel que le film de super-héros,  Person Of Interest mixe avec un réel talent polar, espionnage, action et un soupçon de science-fiction (le postulat de départ peut faire penser à Minority Report) pour un résultat plus qu'enthousiasmant!

Alors que la saison 2 de Person Of Interest est attendue pour fin septembre aux USA, la première devrait être diffusée très prochainement sur TF1.

person-of-interest 

 
Person Of Interest, créé par Jonathan Nolan. Avec Jim Caviezel, Michael Emerson. USA - 2011. 23 épisodes de 42mn.
Crédits photos: CBS.

 

Retour à l'accueil