beverly-hills-cop-poster

Dans le précédent billet d'humeur (qui était aussi le premier, on va éviter de se la raconter...), j'évoquais un samedi soir où, au lieu de rattraper mes nombreux épisodes en retard, j'en étais venu à revoir un épisode que je connais par coeur... d'une série que je connais par coeur! Cas isolé découlant d'une flemme aigüe quant à faire un choix ou bien syndrôme de longue date?..

En fait, c'est pas nouveau... Je me suis rendu compte de cela il y plusieurs années lorsqu'un jour, alors que j'étais affalé sur le canapé avec la télécommande scotchée à la main droite tandis que la gauche était adroitement plongée dans un paquet de chips, je suis tombé sur une rediffusion du Flic de Beverly Hills. Et j'ai été faible, je suis resté jusqu'au bout : j'ai rejoué les dialogues, je n'ai pas bougé pendant les pubs de peur de rater la reprise, j'ai mis la musique du film comme sonnerie sur mon portable au bout de cinq minutes... Pendant deux heures, j'avais de nouveau huit ans.

Le-flic-de-Beverly-Hills

Le Flic de Beverly Hills, ça doit être le film que je connais le plus (dans les soirées mondaines où je me rends très souvent, je prends mon temps avant de balancer cette info, question de feeling... ), celui dont la VHS a le plus souffert (ami jeune, il fût un temps où on enregistrait des programmes sur bande magnétique), celui qui m'a fait aimer Eddie Murphy et dont... roulemement de tambour... j'adore la VF! Ben oui, il y a des films comme ça : on les a découverts en français, on a grandi avec eux à une époque où les versions multilingues n'existaient pas et où Canal+ proposait une seule diffusion en V.O... la nuit! C'est pareil pour Retour Vers le Futur, SOS Fantômes ou les Y'a-t-il..., ça a une saveur particulière dans la langue de Molière (il est minuit, je fais des rimes, je fais ce que je veux).

eddiemurphy

Eddie Murphy maintenant, c'est plus trop ça, faut reconnaître : il a enchaîné un bon nombre de nanars qui ont eu raison de beaucoup de fans . Mais à l'époque du Flic de Beverly Hills, c'était le King : quand tu as huit ans et que tu as découvert ce type dans Un Fauteuil pour Deux, tu as juste envie de lui dire merci. D'une part parce que tu penses qu'il pourrait être ton ami (comment un type aussi sympa pourrait dire non?..) et d'autre part, parce qu'il t' a permis, justement, de te faire des amis en parlant de ses films. Et à huit ans, des amis, c'est tout ce qui compte.

le-flic-de-beverly-hills

A cet instant, c'est la chasse au trésor qui commence, en l'occurrence les vidéo-clubs où on peut se procurer sa dose d'Eddie Murphy : découverte de 48 Heures, Golden Child - L'Enfant Sacré du Tibet, Un Prince à New York, Le Flic de Beverly Hills 2 ou encore 48 Heures de Plus... des films qui ont fait le bonheur de plein de gosses le dimanche soir sur TF1. "Dis maman, je peux regarder? Je me coucherai tôt demain..." Elle n'avait bien sûr pas vu que le lendemain, justement, il y avait Midnight Run avec DeNiro sur la 6... et que j'utiliserai le même stratagème.

midnight-run-film-poster

Bien sûr, plus on grandit et plus l'oeil s'affine... Ce phénomène, d'une manière étonnante, s'est déroulé en même temps que Eddie Murphy commençait à faire des choix de carrière hasardeux... Bizarre, non? Même si ça fait mal de voir un aussi grand comique (il faut voir Raw, un show de stand-up où Murphy fait preuve d'un talent tout bonnement incroyable ou bien ses skechs issus du Saturday Night Live) faire des films aussi navrants que Norbit ou Espion et Demi, je garde espoir : il était génial dans Dreamgirls et sa tchatche m'a donné des fous rires dans Shrek! Eddie rules... et Le Flic de Beverly Hills, c'était l'époque des comédies d'action qui avaient un truc en plus, tout simple : elles étaient drôles! Fallait y penser...

Ps : pourquoi ce titre "Philippe?!..", me direz-vous? C'est tout simplement une séquence qui vient de ce film dont je vous parle depuis trois pages... vous voyez? Et elle me fait toujours marrer, comme quand j'avais huit ans... Dans cet extrait, Eddie Murphy essaie d'empêcher un braquage, à sa manière bien sûr!

   

Crédits photos : Paramount Pictures.
 
Retour à l'accueil