sherlock-season-3-prequel-episode-many-happy-returns

- Il vous faut vraiment un indice?..

  

Janvier 2012 : des milliers de cris retentissent partout dans le monde... Sherlock Holmes vient de sauter du toit d'un hôpital, situé en plein coeur de Londres, sous le regard médusé de son ami John Watson. Et meurt.

Puis revit.

Une question est sur toutes les lèvres : comment a-t-il fait?!!

Janvier 2014 : plus de neuf millions de téléspectateurs se branchent sur la BBC pour avoir la réponse. Et c'est Mark Gatiss qui est chargée de la donner.

Co-créateur avec Steven Moffat de cette relecture moderne du mythique détrective inventé par Sir Arthur Conan Doyle, Mark Gatiss est un scénariste que j'aime beaucoup même s'il m'avait un poil déçu lors de la saison 2 avec sa version du Chien des Baskerville. Loin d'être honteux, au contraire, cet épisode avait juste le malheur d'être coincé entre deux petites bombes : A Scandal in Belgravia (où l'on faisait connaissance avec la délicieuse Irene Adler) et The Reichenbach Fall (et son final de folie... dur de s'en remettre, vraiment!). Inutile de dire que la pression devait être énorme pour lui au moment d'écrire The Empty Hearse : il lui fallait apporter LA réponse à la question qui a agité et torturé les fans pendant deux ans (on y reviendra) et lancer une saison 3 hyper attendue... Verdict?

Jouissif de la première à la dernière minute. Tout simplement.

 

sherlockluther2.jpg

- Mmm... mais encore?..

 

Pendant deux ans, Sherlock Holmes aura voyagé incognito aux quatre coins du monde afin de démanteler le tentaculaire réseau criminel de Moriarty. Deux ans pendant lesquels son ami Watson aura tant bien que mal fait son deuil et avancé dans la vie en se mettant en couple avec Mary. Deux ans pendant lesquels les fans du détective (dans la série et dans la vraie vie donc...) auront imaginé tous les scénarios les plus invraisemblables possibles afin d'expliquer sa fausse mort... 

C'est sur cet aspect que s'ouvre The Empty Hearse en enchaînant directement à la suite du dernier épisode de la saison précédente et en proposant une explication digne de Jim Phelps et d'une aventure de Mission : Impossible : en quelques instants, la magie opère de nouveau. C'est rythmé, c'est fun, c'est tendu... et surtout, c'est bidon! L'explication donnée est fausse et fait brillamment écho à toutes les théories qui peuplent le Net depuis janvier 2012. Etonnant? Non, car Sherlock a toujours été un show très moderne dans son fond (les blogs respectifs de Sherlock et Watson, l'utilisation permanente des réseaux sociaux et des techniques les plus récentes pour résoudre les crimes...) et dans sa forme (SMS qui apparaissent à l'écran, montage énergique, gimmicks visuels nombreux...) et il paraissait presque normal que la frontière entre le public et la série s'abolisse et qu'un dialogue s'installe entre eux. Ainsi, Sherlock devient meta (elle joue de ses propres codes, multiplie les clins d'oeil pour et sur les fans), l'assume jusqu'au bout et c'est tout bonnement jubilatoire. Etonnant? Non. Génial? Plutôt, oui!


sherlock_holmes-e1388638127949.jpg

- Je vous ai manqué, hein?..

 

Si la partie policière n'est pas la plus complexe à laquelle la série nous a confrontés, elle n'en demeure pas moins très efficace et assez palpitante. Aucune déception donc de mon côté car l'enquête permet surtout de remettre sur les rails la relation Sherlock/Watson et elle le fait avec un sacré brio : multipliant les joutes verbales, les deux enquêteurs (toujours superbement interprétés par Benedict Cumberbatch et Martin Freeman) sont à l'honneur tout au long de l'épisode et enrichissent tout ce que les scénaristes avaient développé au cours des précédentes saisons. Bref, encore une fois Sherlock fait la preuve éclatante de sa maîtrise en 90 petites minutes. Pas mal de séries n'arrivent même pas à en faire autant sur une saison complète... De plus, l'apparition en fin d'épisode d'un nouvel ennemi qui s'annonce bien intriguant en seulement quelques plans (un magicien? Face à Sherlock Holmes?.. Je signe!) laisse augurer du meilleur!

Seul petit hic : il ne reste plus que deux épisodes...

Mais bon, Sherlock is alive!


Sherlock-Season-3-slice

 

Crédits photos : BBC One.


 


Retour à l'accueil