The-Newsroom-poster-HBO

Contrairement au cinéma où c'est le réalisateur qui est le plus souvent considéré comme le "père" d'une oeuvre, la télévision est avant tout une affaire de scénariste. Au fil des décennies, la petite lucarne a vu naître et s'imposer bon nombre d'auteurs maintenant unanimement reconnus comme de grands noms de la télévision (et certains même du grand écran): David E. Kelley (Ally McBeal), Steven Bochco (NYPD Blue), Jerry Seinfeld (Seinfeld) ou bien encore Joss Whedon (Buffy).

Après avoir créé Sports Night (qui s'intéresse à l'envers du décor d'une émission sportive), Aaron Sorkin est vraiment révélé avec la superbe The West Wing qui s'intéressera pendant sept ans aux coulisses de la Maison Blanche. Le futur scénariste de The Social Network et Moneyball, en plus d'être très ouvertement engagé à gauche, devient rapidement l'un des auteurs dont le travail est le plus attendu, scruté, disséqué et soumis aux critiques les plus extrêmes.

1812 sheen lMartin Sheen dans The West Wing

Après avoir quitté The West Wing (A la Maison Blanche) au terme de sa quatrième saison, Aaron Sorkin revient sur le devant de la scène avec la géniale et trop rapidement annulée Studio 60 On The Sunset Strip, avec Bradley Whitford et Matthew Perry. Située dans les coulisses d'une émission télé humoristique du type Saturday Night Live, la série ne séduit pas le public et certaines critiques commencent à s'agacer du ton un peu trop donneur de leçon de Sorkin et de sa tendance à se regarder écrire.

studio60Oscarisé pour son formidable travail sur The Social Network de David Fincher, Aaron Sorkin est enfin revenu à la télévision en juin dernier avec son nouveau projet diffusé sur HBO: The Newsroom. Elle aussi située dans les coulisses de la télévision, mais du côté de l'information, la série met en scène le journaliste Will McAvoy, animateur un peu consensuel d'un show d'infos, qui pète légèrement un câble lors d'un débat télévisé et se met à déballer quelques vérités pas forcément belles à entendre pour (sur) le peuple américain...

The-NewsroomArrivé au terme de l'épisode pilote, une chose est sûre: Sorkin est de retour et en très grande forme. Les dialogues fusent dans tous les coins, le rythme est nerveux et c'est diablement intelligent: les 5 premières minutes de la série sont tout simplement un petit bijou d'écriture qui, même en rappelant fortement l'intro de Studio 60, nous plongent dans ce qui s'annonce déjà comme une série d'exception.

J'ai toujours adoré les dialogues, les personnages qui s'expriment bien: je suis fan de David E. Kelley et des magnifiques plaidoieries qu'il a pu écrire pour des séries comme The Practice, Ally McBeal ou bien encore Boston Legal. J'aime les auteurs qui savent manier les mots, qui sont capables de nous faire traverser tout un spectre d'émotions avec une virgule et nous faire réfléchir tout en proposant un divertissement de qualité: E. Kelley et Sorkin se servent de leurs shows pour faire passer des messages, des points de vue; ils veulent amener les téléspectateurs que nous sommes à aller plus loin, ils veulent les confronter à leurs questionnements et leurs armes sont les mots.

aaron sorkin Aaron Sorkin

Aaron Sorkin est un idéaliste qui a un besoin viscéral de dire ce qu'il pense... et il pense beaucoup! Après nous avoir montré sa vision de la politique et de la télévision de divertissement (The West Wing et Studio 60), il tente avec The Newsroom de comprendre pourquoi le journalisme de qualité n'existe plus, ce qu'il faudrait pour que l'information retrouve la noblesse qui l'habitait (ce qu'illustre parfaitement le générique et son "voyage" à travers différents journaux télévisés). Si son style peut parfois manquer de finesse et être un peu sentencieux, il n'en reste pas moins que les questions qu'il pose sont très pertinentes et que les histoires qu'il concocte sont captivantes: le pilote revient ainsi sur l'explosion de la station pétrolière Deepwater Horizon en 2010 au large du Mexique et c'et tout bonnement brillant. L'excitation du scoop, la frénésie de la recherche d'informations, les journalistes qui s'activent dans la salle de rédaction pour comprendre et nous faire comprendre cette terrible catastrophe... c'est du grand art auquel nous assistons et c'est un vrai plaisir de voir un scénariste de cette trempe nous donner un cours de narration.

Les épisodes suivants confirment la qualité de la série: certains personnages gagnent une épaisseur bienvenue et, malgré quelques facilités un peu agaçantes (un mail confidentiel envoyé à toute la rédaction par erreur?.. un peu usée comme ficelle, non?..), on peut dire qu'Aaron Sorkin réussit parfaitement son retour sur le petit écran. Dire qu'il avait manqué serait un euphémisme...

The Newsroom a déjà été renouvelée par HBO pour une deuxième saison et la série est attendue pour la rentrée prochaine sur le bouquet TV d'Orange.

 

"The Newsroom" Créé par Aaron Sorkin. Avec Jeff Daniels, Emily Mortimer, John Gallagher Jr. et Sam Waterston. 10 épisodes de 60 mn.

 

Crédits photos: L.A. Times, NBC et HBO.

 


Retour à l'accueil