The-Raid-2-berandal-Affiche-Finale

 

En 2012, les fans de cinéma d'action voient débouler sur les écrans The Raid du gallois Gareth Evans et on peut dire que le choc est plus que brutal : The Raid se présente en effet comme l'un des films d'action les plus fous et jouissifs vus depuis un bon moment dans les salles obscures. Partant d'un pitch simplissime au possible (une unité de la police indonésienne monte un à un les étages d'un immeuble tenu par un baron de la drogue afin de l'arrêter), Gareth Evans livre tout simplement une pellicule de taré où les bastons dantesques succèdent aux fusillades homériques : une sorte d'idéal du film du samedi soir à la mise en scène rageuse, inventive et d'une énergie peu commune. Pour faire simple, depuis Ong Bak, on n'avait pas vu un truc aussi barré et monumental.

 

The-Raid-2-3-Connections-Story

C'est donc tout logiquement que débarque The Raid 2 : Berandal toujours écrit, monté et réalisé par Gareth Evans et dont la sortie en France est prévue pour le 16 avril prochain.

Précédé d'un buzz qui fait monter la pression comme c'est pas permis (le Festival de Sundance ne s'en est toujours pas remis), The Raid 2 va bien au delà de la simple suite qui cherche à capitaliser sur une recette qui fonctionne et promet déjà un spectacle de haute volée.

 

the raid 2 berandal

 

Démarrant deux heures après la fin du premier opus, The Raid 2 fait montre d'une ambition assez énorme : avec une action qui s'étalera sur quatre ans (alors que le premier opus était quasiment en temps réel) mettant en scène l'infiltration du héros au sein d'une organisation criminelle (on est loin du huis-clos de The Raid), Gareth Evans semble vouloir ressusciter le cinéma d'action hong-kongais des années 80, celui de John Woo (Le Syndicat du Crime) ou de Ringo Lam (City On Fire)... Et ça fait franchement plaisir! Inutile de dire que j'attends avec impatience la claque The Raid 2!

 

 


 

Crédits photos : Sony Pictures Classics.

Retour à l'accueil