Total-Recall-2012

Total Recall, réalisé par Len Wiseman. Ecrit par Kurt Wimmer et Mark Bomback. Avec: Colin Farrell, Kate Beckinsale, Jessica Biel, Bryan Cranston. USA - 2012 - 121mn.

En 1990, en s'inspirant d'une nouvelle de Philip K. Dick, Paul Verhoeven livrait un film de science-fiction intelligent et mené tambour battant qui allait rapidement gagner ses galons de classique: Total Recall, avec Arnold Schwarzenegger et Sharon Stone.

En 2012, le producteur des Fast and Furious et le réalisateur d'Underworld et Die Hard 4 décident de se repencher sur le texte original afin d'en donner leur propre version: nous ne sommes donc pas dans un remake mais dans un reboot...!

Que vaut ce Total Recall 2012? En évitant de penser au film culte de Verhoeven, la nouvelle réalisation de Len Wiseman se présente tout simplement comme un blockbuster SF qui sort en plein cagnard et qui vous accueille les bras ouverts dans une salle climatisée... Il y a des fois où ça peut suffire, pour peu que le tout soit bien emballé et divertissant...

total-recall-memoires-programmees-

Douglas Quaid est un modeste ouvrier qui rêve de donner un sens à sa vie. La société Rekall permet l'implantation de souvenirs factices à même de combler ce vide: malheureusement, tout se détraque au cours de l'opération et Quaid se retrouve poursuivi par les autorités... Qui est-il vraiment? Que cache sa mémoire?

Les vingt premières minutes du film laissent augurer d'un bon spectacle: les effets spéciaux très soignés et les décors somptueux nous plongent avec bonheur dans cet univers futuriste, Colin Farrell se montre plutôt bon dans le rôle de cet homme qui aspire à faire plus de sa vie et l'intrigue se met rapidement en place. Bref, Wiseman mène sa barque avec un certain talent et on se dit qu'on va passer un bon moment au frais... Et c'est le cas, soyons honnêtes. Total Recall est un film sympa... mais c'est tout. Il n' y a aucune surprise, tout est balisé du début à la fin: on voit venir les rebondissements à des kilomètres, le film n'est qu'une énorme course-poursuite qui devient vite répétitive et on en vient tout simplement à regarder un livre d'images... Des belles images qui ne dégagent aucune émotion et dans lesquelles on ne s'implique jamais.

Total-Recall-2012-Durant ces deux heures de métrage, Len Wiseman enchaîne les moments de bravoure sur un rythme soutenu, voire trop: est-il lui aussi conscient du manque de consistance du scénario au point de chercher dans l'esbrouffe un semblant de légitimité? On assiste ainsi à un bel éventail de ce que 200 millions de dollars de budget peuvent donner: poursuites à pied, en voiture, explosions dans tous les coins, combats contre des robots, fusillades, mémoire effacée, un monde sur le point d'être détruit... bref, une sorte de compil' que tout fan de SF qui débourre rêve de voir sur un écran! Le souci, c'est qu'on a déjà vu tout ça il y a longtemps, dans plein d'autres films (et séries)... et en beaucoup mieux, malheureusement. 

totalrecall 2

On frôle assez vite l'indigestion et Total Recall s'oublie finalement très vite: malgré la présence des superbes Jessica Biel (un poil potiche ici) et Kate Beckinsale (en mode méchante pendant deux heures) et le travail honorable de Farrell (mais on est quand même loin du génial Miami Vice de Michael Mann), le film déçoit par son trop plein et son manque d'ambition... C'est bien dommage car encore une fois, l'univers est riche et visuellement très soigné mais le scénario est en mode automatique et ne vient servir aucun propos, aucune réflexion (ce qui est quand même le but de la SF, non?) : sans personnalité, Total Recall n'est qu'une belle coquille vide qui confirme la morosité d'un cinéma qui, fuyant l'originalité à grands renforts de remakes et de reboots qui coûtent des fortunes (Spider-Man, si tu m'entends...) en vient à tourner méchamment en rond... 

Crédits photos: Sony Pictures.

Retour à l'accueil