TRUE DETECTIVE - critique pilote

Pourquoi j'ai voulu regarder...

Il y a des projets qui sentent pas bon dès le moment de leur annonce et d'autres qui donnent déjà envie de se caler dans son fauteuil à peine les premières infos tombées. Quand on annonce un remake de La Belle et la Bête avec la fadasse Kristin Kreuk de Smallville en héroïne, on a tout juste un sourcil qui se soulève... Quand par contre, HBO annonce un polar en huit épisodes avec Matthew McConaughey et Woody Harrelson, le tensiomètre s'affole. Et pas qu'un peu.

Parce qu'HBO c'est, entre autres, The Sopranos (meilleure série du monde), Deadwood, Treme, Oz, Game Of Thrones, Band Of Brothers ou encore Six Feet Under : des shows ambitieux et audacieux qui ont bousculé les conventions et tout simplement bouleversé la télévision.

Parce que Woody Harrelson, c'est une carrière cinématographique impressionnante (Tueurs-Nés, Larry Flynt, No Country For Old Men...) mais c'est également des débuts par la petite lucarne avec la cultissime sitcom Cheers dans laquelle il interpréta le barman Woody pendant huit saisons. Un acteur solide qui aura connu des hauts et des bas et qui effectue depuis quelques années un impressionnant come-back, notamment avec The Messenger d'Oren Moverman ou encore Les Brasiers de la Colère de Scott Cooper...

Et parce que niveau come-back auquel personne ne croyait, il y en a un autre qui se pose là : Matthew McConaughey. Lui qu'on croyait perdu dans les comédies romantiques du style Un mariage trop parfait avec Jennifer Lopez et Comment se faire larguer en 10 leçons avec Kate Hudson a fait un retour fracassant ces dernières années dans des oeuvres telles que Killer Joe de William Friedkin, Mud de Jeff Nichols ou encore Le Loup de Wall Street de Martin Scorsese. Un charisme de dingue, une présence magnétique et un jeu épatant d'intensité... Inutile de dire que le voir débarquer sur le petit écran avait de quoi faire saliver!

TRUE DETECTIVE - critique pilote

C'est bien de savoir de quoi ça parle, non?


La traque d'un tueur en série amorcée en 1995, à travers les enquêtes croisées et complémentaires de deux détectives, Rust Cohle et Martin Hart.

Et... c'est bien? 

C'est plus que bien, même. S'il est toujours tendu de s'emballer sur un pilote (et je suis le premier à reconnaître que ça m'arrive souvent...) au risque bien sûr de voir ses espoirs réduits à néant au fur et à mesure des épisodes, force est de constater que celui de True Detective fait déjà preuve d'une solide ambition, tant au niveau de l'écriture qu'au niveau de la mise en scène.

Derrière la caméra, Cary Fukunaga (Jane Eyre avec Michael Fassbender) fait un boulot formidable en donnant à la série de Nic Pizzolatto (le roman Galveston) une identité forte en une poignée de plans : la Louisiane télégénique en diable, le rythme lancinant et les personnages qui existent en quelques répliques seulement font qu'on se retrouve embarqué dans ce voyage au bout de l'enfer sans qu'on s'en rende véritablement compte. Gérant avec aisance les multiples aller-retours temporels (de 1995 à 2012, lorsque nos deux inspecteurs sont amenés à reparler de leur enquête), le show laisse déjà à voir sa singularité et sa force.

Emmené par des acteurs remarquables, et notamment un Matthew McConaughey parfait dans le rôle du flic paumé et à la limite de basculer vers sa part sombre, True Detective se révèle sans peine comme la nouveauté la plus marquante de ce début d'année. Des séries de flics, on en a vu pas mal et on va encore en voir, pas de doute là-dessus. Pas sûr, par contre, qu'une série nous happe aussi rapidement dans son univers.

En espérant que ce roman noir de huit épisodes tienne toutes les promesses lancées dans son excellente mise en bouche!

TRUE DETECTIVE - critique pilote

Crédits photos et résumé : HBO, AlloCiné.

 

Retour à l'accueil